Champs-de-blé

La fin juin voyait l'arrivée des grands travaux liés à la moisson. Nos campagnes ne connaissent plus ce moment vital où nos ancêtres récoltaient le blé conditionnant l'année à venir.

Jusqu'au XIXème siècle, on moissonnait en Provence, à la faucille (voulame en provençal), outil se composant d'un fer recourbé très tranchant pouvant atteindre 70 centimètres. Le moissonneur s'avançait la tête tournée vers le grain à couper. Il saisissait le chaume, de la main gauche, tenait bien la javelle pour qu'aucun grain ne se perde. En même temps, il engageait sa voulame et, en tirant à lui le tranchant de son outil, il coupait la poignée de tiges. Recommençant ainsi les gestes séculaires décrits par Homère dans l'Iliade "les ouvriers moissonnent la faucille à la main. Des javelles tombent à terre, les unes sur les autres, le long de l'andain*. D'autres sont liées avec des attaches par des botteleurs".
Les Provençaux résistèrent à l'usage de la faux car cet outil cher et s'usant vite convenait mal par ailleurs aux champs empierrés.

Les moissonneurs travaillaient en groupe de quatre, trois coupeurs et une lieuse des gerbes. Ces dernières étaient regroupées en tas plus ou moins importants qu'on laissait sécher dans les champs avant le foulage.

LE FOULAGE

 Les rouleaux de pierre que l'on peut encore voir au bord des anciennes aires de battage ne datent que du XIXème siècle. Jusqu'à cette époque, on foulait, moisson après moisson, de la même façon que dans l'Antiquité.
Pierre

Par beau temps, on déliait les gerbes que l'on répandait sur des aires pavées de grosses pierres et on faisait tourner dessus pendant des heures les bêtes de somme dont on disposait. Le fermier ou sa femme activait cette ronde, tandis que les batteurs remuaient les gerbes, les retournant et poussant sans cesse le blé sous les sabots. Sous ces piétinements la paille se brisait et le grain s'en détachait. Quand on estimait que l'opération avait assez duré on enlevait la paille à la fourche et on remplissait les sacs avec le grain encore mêlé de brins de paille.

 LE VANNAGE
 
On passait tout d'abord au crible le grain ramassé sur l'aire de façon à éliminer les débris d'épis pris avec le grain. Jusqu'à la fin du siècle dernier les femmes effectuaient le vannage au moyen de tamis. Elles s'installaient dans le courant d'air et secouaient le van rempli de blé. La paille soulevée était entraînée par le vent et les grains tombaient sur l'aire où souvent des draps étalés les recueillaient. Le lavage achevait les travaux de la moisson.
 
LE LAVAGE
 
Les grains recueillis passaient au lavage pour éliminer les derniers déchets qui pouvaient rester : ceux plus légers que le grain montaient à la surface de l'eau et étaient entraînés par le déversoir de la fontaine où avait lieu cette opération. On séchait ensuite le grain sur des toiles. Puis, mis en sac, il prenait, à dos de mulet, le chemin du moulin. On conservait une partie de la récolte à la maison pour la fabrication du pain, aliment de base du Méditerranéen.
 
Source : Almanach pittoresque et pratique du Var - 1992.

Nota : *Andain : En agriculture, l'andain est une bande continue de fourrage laissée sur le sol après le passage d'une faucheuse ou d'une andaineuse. Cependant le terme s'applique à différents types de produits étalés sur le champ, par exemple la paille derrière une moissonneuse-batteuse, les résidus de végétation derrière un gyrobroyeur, ou encore les blocs rocheux issus de l'épierrage de la parcelle.