Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Passion Provence
Passion Provence
  • Bienvenue chez moi à Trans en Provence dans le Var. Je vous invite à la découverte de la Provence et du Var en particulier à travers son histoire, son patrimoine, ses traditions, ses coutumes, ses légendes, etc...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
294 abonnés
Archives
4 février 2019

La culture de la vigne


ATP-Pressoir

Fouloir au Musée des ATP à Draguignan (Photo Nadine) 

Jusqu'au début du XXe siècle, le Var était un département essentiellement agricole. Un grand nombre de nos collines, aujourd'hui envahies par les pins et le maquis étaient cultivées. La construction de milliers de murs en pierres sèches, appelées berges ou restanques a permis de gagner des espaces, dans un terrain pentu, caillouteux, aride. Ainsi, on pratiquait la culture en "oullière" : 2 à 3 rangées de vignes, un espace labourable de 3 à 4 mètres pour les céréales et encore 2 à 3 rangés de vignes avec, intercalés, oliviers et arbres fruitiers.

La culture de la vigne

Présente depuis l'Antiquité, elle était un élément important de notre agriculture. On comptait 58.717 hectares de vignobles en 1846. Peu à peu, cette activité va se spécialiser avec l'apparition entre autres des grands domaines.

Préparer le sol

Le sol était travaillé avec un outil à bras : l'araire, instrument de labour tracté par un animal. L'araire est en bois, avec une pointe en fer, très facile à confectionnez. Très légère, elle pouvait être portée sur l'épaule. Elle était utilisée pour labourer le sol pour le retourner. Elle a longtemps été préférée à la charrue qui n'offrait pas ces avantages pour nos sols pauvres en terre arable.

Le cycle du travail de la vigne et son calendrier

L'hiver : Labour et taille. Jusqu'au début février, les champs de vigne sont donnés en patûre aux moutons. Le printemps : Les gelées et la floraison. Labour de déchaussage pour dégager les souches, ébourgeonnage. L'été : Les prémices de la vendange. Rognage pour aérer et supprimer une végétation consommatrice d'énergie. Eclaircissage, effeuillage. Sulfatage en raison des aléas climatiques. L'automne : Vendanges et vin nouveau.

Les vendanges

Au mois de septembre, tout devait être prêt pour les vendanges. La cuve était nettoyée avec un balai de bouleau. On préparait les tonneaux. A la mi-septembre, on visitait les vignes afin d'estimer la production future et fixer la date des vendanges. Pour vendanger les grandes parcelles, on faisait appel à des saisonniers. Pour les personnes qui possédaient de petits carrés de vignes, on s'entraidait en famille ou entre voisins. Le jour venu, dès l'aube, les vendangeurs se dispersaient dans la première parcelle. Les paniers pleins se vidaient dans les cornues portées sur l'épaule. Les porteurs étaient souvent payés double. Le repas de midi se faisait dans le champ de vigne pour gagner du temps.

Le foulage 

A la fin de la journée, les raisins étaient transportés à la ferme ou à la maison en ville dans des cornues. On utilisait le pilon de bois pour tasser la raisin afin d'y mettre plus de grappes. Avant l'apparition du fouloir, on écrasait le raisin avec les pieds, dans une grande cuve.

Fouloir

Le fouloir : les grappes de raisins sont déversées dans le fouloir. En tournant la manivelle, elles sont broyées. (Photo d'un fouloir prise sur le site CarteFrance.fr)

Après la destruction du vignoble par le phylloxéra (sorte de puceron ravageur de la vigne) et la plantation de plants américains, les maladies vont se développer, conduisant à l'emploi de produits tels que le soufre ou le cuivre, d'où l'invention d'instruments : poudreuses, soufreuses, sulfateuses.

Vigne

 Dans cette vitrine (Photo Nadine) différents objets illustrent l'activité de la vigne : 

La poudette : serpe pour la taille des vignes. Les sécateurs (invention du XIXe siècle). Les couteaux à vendanger. Les paniers à vendanges (pour y déposer les grappes). Les cornues pour le transport de la récolte. Le pilon - morceau de bois avec lequel on écrasait les grappes dans la cornue, avant de les mettre dans une cuve. Le fouloir remplacera le pilon. On peut voir également différents récipients : bonbonnes, bouteilles en verre, pichet en céramique, qui permettaient la conservation du vin. Il y a aussi un vinaigrier pour la fabrication familiale du vinaigre. Un alambic permettait de distiller le marc de raisin pour obtenir de l'eau de vie (alcool). Nota : La fabrication d'eau de vie étant réglementée par l'état, cet alambic a été percé afin de ne plus être utilisé.

Source : Plaquette thématique - Autour du vin - Editée par le Musée des Arts et Traditions populaires de Draguignan.

**********************

Je mets ci-dessous le lien vers mon article : "Les vendanges d'antan" si vous désirez le lire ou le relire.

Les vendanges d'antan - Passion Provence

Les vendanges dans le Midi (Carte postale ancienne) Vieux de 2 600 ans, le vignoble provençal est le plus ancien de France. Les Phocéens sont les premiers à introduire la vigne en Provence et les Romains, dès le IIe siècle avant J.C, en développent la culture.
 
Publicité
Publicité
Commentaires
G
une merveille de trouvailles d'histoire du patrimoine dracénois provençal varois ,,
Répondre
G
Merci Nadine pour ces petites madeleines de Proust. J'y retrouve toute mon enfance, mes racines profondes et un vécu.<br /> <br /> Tous ces objets familiers étaient dans notre cave dans la maison familiale, que de souvenirs. Les travaux au rythme des saisons, la crainte des intempéries, qui pouvaient en quelques minutes anéantir le dur labeur de toute une année ... <br /> <br /> les vendanges d'antan quand la récolte arrivait à terme dans une joyeuse ambiance. L'évolution au fil des ans ...<br /> <br /> Bonne semaine et merci encore pour ce beau partage.
Répondre
Publicité