Museon Arlaten : lancement de la rénovation du... par conseilgeneral13


Rénovation du Museon Arlaten (Arles) -... par conseilgeneral13

Situé au coeur de la ville d'Arles dans les Bouches-du-Rhône, le Museon Arlaten, littéralement "musée arlésien", est installé dans l'ancien collège des Jésuites et l'hôtel Laval-Castellane appuyés sur le forum romain, témoins insignes de l'architecture et de l'histoire provençales qui va de l'époque antique au XVIIIe siècle. Créé à l'initiative du poète Frédéric Mistral (1830-1914), il dresse un panorama de la Provence rhodanienne, de la fin du XVIIIe siècle à aujourd'hui. Inauguré en 1899, le Museon Arlaten, est l'un des tous premiers musées d'ethnographie créé en France pour conserver les traces d'une culture locale menacée de bouleversements à l'aube du monde contemporain, et pour légitimer une culture régionale singulière. Complément du Félibrige, académie littéraire de langue d'Oc créée en 1854, ce musée décrit les modes de vie des Provençaux révélés d'abord par les folkloristes contemporains de Frédéric Mistral puis par les études et les enquêtes du XXe siècle. Les collections ont été réunies par Frédéric Mistral et le docteur Emile Marignan à partir de 1896 selon un manuel de collecte établi a priori par eux-mêmes. Plus de 30 000 objets de la vie quotidienne furent réunis en trois ans et présentés dans un nouveau bâtiment en 1906 grâce au montant du prix Nobel de littérature remporté par Mistral. L'enrichissement actuel des collections, fait d'achats raisonnés, de dons privés et de legs se traduit par un taux d'accroissement annuel de 0,25 %. Les collections du Museon Arlaten se caractérisent également par une grande diversité, puisque la problématique du musée est de rendre compte des modes de vie sous tous leurs aspects et dans une région donnée. Aux collections d'objets ethnographiques du quotidien (costumes, mobilier, musique, agriculture, artisanat...), s'ajoutent des collections relevant des beaux-arts (peinture, sculpture, art graphique, photographie) et des sciences (archéologie, histoire naturelle, numismatique, etc...). Des modèles réduits (bateaux, mobilier, outils agricoles, habitats) viennent appuyer la dimension didactique du musée.

Arles-Museon-Arlaten

Entrée du musée (photo Wikipédia)

Depuis la fermeture du musée, le 25 octobre 2009, pour assurer sa rénovation, les équipes du service des collections relèvent le défi de mener de front l'inventaire des collections, leur documentation et leur mise en caisse avant leur déménagement, fin 2010-début 2011 dans les réserves externalisées appellés le CERCO (Centre d'Etude, de Restauration et de Conservation des Oeuvres). Le calendrier du déménagement conditionne le début de la rénovation du bâtiment dans lequel se trouve le musée. Fin octobre 2009, 15 000 documents graphiques et photographiques et près de 2 000 objets en 3 dimensions ont déjà été conditionnés. En coulisses, l'équipe s'active pour préparer ce chantier de longue haleine. On imagine jusqu'au moindre détail muséographique, les futures présentations du musée. Parallèlement, les objets sont emballés en vue de leur déménagement : défaire, étiqueter, conditionner, empaqueter... derrière les portes des salles fermées du musée règne une minutieuse effervescence. En amont des travaux, le musée s'adjoint d'ores et déjà les compétences nécessaires à l'accompagnement de ce chantier d'envergure : architectes, restaurateurs, spécialistes en conservation préventive, archivistes, historiens archéologues, infographistes viennent ainsi renforcer ponctuellement l'équipe du musée.
Le lauréat du concours international d'architecture pour la rénovation du Museon Arlaten a été dévoilé le 2 juin 2010 par le président du Conseil général, Jean-Noël Guérini : c'est un groupement constitué par l'agence d'architecture nantaise Tétrarc qui réalisera la rénovation. Il réunit de nombreuses compétences : Michel Bertreux, Pascal Prunet et leur équipe d'architectes-muséographes dirigeront les travaux en lien avec le maître d'ouvrage. Afin de garantir au mieux la réussite du projet, un architecte en chef des Monuments Historiques, un muséologue, un éclairagiste, un acousticien, ainsi que des spécialistes en conservation préventive et en nouvelles technologies viendront épauler les bureaux d'étude en économie et ingénierie, traditionnellement présents sur les chantiers de cette envergure.

Source : Site du Museon Arlaten http://www.museonarlaten.fr/museon/CG13/