Limitée par le Rhône à l'ouest ; parcourue par la Durance et ses affluents : le Verdon, l'Ubaye, l'Asse, et la Bléone ; drainée par une multitude de rivières : le Var, la Siagne, l'Argens, le Gapeau et l'Issole dans le Var, l'Ouvèze, l'Aigues, la Nesque, Les Sorgues, le Calavon et le Coulon dans le Vaucluse, pour ne citer qu'eux, la Provence est profondément découpée, et pour passer d'une rive à l'autre, les hommes ont dû construire une multitude de ponts. Ils se chiffrent par centaines. Ces cours d'eau ayant des caractéristiques très différentes, la provence offre un large éventail de ponts : ponts de pierres, de bois ou de métal ; ponts à arches et ponts suspendus, ponts à dos d'âne et ponts plats. Toutes les grandes périodes historiques sont représentées, avec des temps forts : l'Antiquité, le Moyen-Âge, le XIXe siècle et l'époque contemporaine. Un grand nombre de ces ponts sont classés monuments historiques. Les ponts romains se rencontrent le long de la Via Domitia et le la Via Aurelia, ainsi qu'à proximité de certaines villes antiques. Ils suscitent toujours beaucoup d'admiration par leur résistance au temps et aux innombrables crues qui depuis 2 000 ans ont tenté en vain de les emporter. 

Pont Vaison la Romaine

Celui de Vaison-la-Romaine construit au 1er siècle de notre ère a non seulement résisté à toutes les catastrophes naturelles, mais il a tenu bon lors du minage effectué par l'armée allemande en 1944. Il est construit à l'endroit le plus resseré de l'Ouvèze. Il ne comporte qu'une seule arche longue d'une vingtaine de mètres dont les culées s'appuient sur le rocher. 

Pont Julien

Le pont Julien au-dessus du Calavon sur la Via Domitia entre Bonnieux et Goult est lui aussi un chef-d'oeuvre d'architecture et de technique . Il a fêté ses 2 000 ans d'existence en 1997. Il comporte deux piles avec des éperons protecteurs et des ouvertures pour permettre le passage de l'eau en période de crues. 

Pont Flavien

Le pont Flavien sur le Touloubre à proximité de Saint-Chamas est une petite merveille. Il n'a qu'une arche de 22 mètres de long sur 6 mètres de large. Son dos d'âne a été rongé par le passage des chariots. Deux magnifiques double pilastres sont élevés à chacune de ses extrémités. Elles portent les lions qui ont été restaurés au XVIIIe siècle par le grand sculpteur Jean-Pancrace Chastel.  

Pont de bateaux d'Arles

Malheureusement, il ne reste presque rien du fameux pont de bateau contruit à Arles pour franchir le Rhône. On peut en voir une superbe maquette au musée de l'Arles antique. Sur les berges du Rhône, légèrement en amont de Trinquetaille et d'Arles, des amas de pierres signalent simplement les deux points de départ de ce pont. A l'époque médiévale, la Provence, qui est parcourue par les Croisés qui viennent embarquer à Marseille ou à Aigues-Mortes, construit des ponts admirables. 

Pont-Avignon

On connaît bien l'historique et la légende du pont Saint-Bénézet à Avignon, le premier pont de pierres à franchir le Rhône. Le jeune berger, Bénézet, vint à Avignon en 1177, se disant envoyé de Dieu pour construire un pont. Dix ans plus tard, on trouve dans les archives la trace de droits de péage. Il fut donc édifié très rapidement et il devait avoir un tablier de bois. En 1552, le percement de larges dégorgeoirs dans les tympans entraîne l'écroulement d'une partie des arches. On les rebâtit. D'année en année, le pont qui affronte les crues du Rhône subit de gros dégats. En 1668, de nouveau effondrements se produisent et Louis XIV refuse de le reconstruire. Il reste tel qu'on peut le voir aujourd'hui. Comme beaucoup d'ouvrages de cette période, il avait une chapelle à chacune de ses extrémités. On venait y prier avant de franchir le fleuve. Le pont avait une forte valeur symbolique : il représentait le passage d'une rive à l'autre, d'une vie à une autre. Les ponts du Moyen-Âge sont très nombreux. 

Pont trois sautets

On peut citer le pont des Trois-Sautets à Aix-en-Provence, au-dessus de l'Arc, rendu célèbre par Paul Cézanne qui le représenta en 1906, quelques semaines avant sa mort, sur deux aquarelles splendides. Le pont de Saint-Pons, également sur l'Arc, a été construit par les moines de l'abbaye de Saint-Victor. Il fut racheté au XVIIe siècle par le parlementaire Escalis de Saint-Pons, d'où son nom. Plusieurs ponts dits "romains" sont en réalité des ponts romans. 

Pont_ancien_sur_le_Caramy

C'est le cas du pont sur le Caramy ou de celui d'Entrechaux. C'est au XIIe siècle que les hommes équipent de ponts les gorges du Verdon et la vallée de l'Ubaye. On peut admirer les très beaux ponts de Beauvezer, de Moustiers-Sainte-Marie et de Saint-Paul. Curieusement, de la Renaissance au siècle des Lumières, les constructions de ponts sont rares, excepté de petits ouvrages sur les canaux, en particuliers sur ceux d'Adam de Craponne, dans la plaine de le Crau et en Camargue. On restaure tant bien que mal les ponts déjà réalisés. Ceux de Saint-Bénézet et de Bonpas sont abandonnés après les crues de 1668 et 1688, alors que celui de 

Pont Pont-Saint-Esprit

Pont-Saint-Esprit, dans le Gard provençal, est sauvé par la réfection des arches et la construction d'avant et d'arrière-becs très aigus pour lutter contre les crues. C'est le XIXe siècle et la révolution industrielle et technique qui va enfin permettre la réalisation de véritables ouvrages d'art sur le Rhône et la Durance. Le tout premier est celui de Bonpas, à Avignon, dont la construction est décidée par Napoléon Bonaparte qui avait dû franchir la Durance en bac lorsqu'il s'était rendu à Toulon pour embarquer pour l'expédition d'Egypte. 

Pont de Bonpas

La première pierre fut posée le 17 septembre 1804 avec un vibrant discours à la gloire du premier consul. Le pont achevé à la fin de Premier Empire fut un travail gigantesque. Il mesurait 500 mètres de long et nécessitait 47 travées pour enjamber la Durance. Une crue l'emporta en 1886. Les premiers ponts suspendus sont mis en chantier dans le Vaucluse à Mirabeau et à Cavaillon en 1831, à Pertuis en 1833 et à Cadenet en 1857. Ce sont des ponts "fils de fer" comme on les appelle alors. 

Pont de Mirabeau

Portique de Mirabeau

Le plus monumental est celui de Mirabeau pour lequel les architectes ingénieurs ont construit deux portiques monumentaux, un sur chaque rive. Ils sont décorés de niches romanes qui permettent le passage des immenses câbles destinés à soutenir le tablier de bois qui mesure 175 mètres de long. Ces ponts suspendus sur la Durance sont de vrais chefs-d'oeuvre. De nos jours, ils ne servent pas mais ils n'ont pas été entièrement détruits. On peut encore admirer les portiques de Mirabeau, les piliers de Cadenet et même la totalité de

Pont-suspendu-de-Mallemort-et-la-Durance

Mallemort. Il faut porter ainsi au crédit au XIXe siècle les belles réalisations de ponts tournants et de ponts levants. Ceux du port de Marseille entre les bassins d'Arenc, de la Pinède et de la Digue au large sont maintenant classés monuments historiques. Le XXe siècle confirmera l'audace et l'art du XIXe siècle. Le pont tournant pour le chemin de fer au-dessus du canal de Caronte est une pure beauté. Il est classé monument historique. Il fut détruit lors des bombardements de 1944 et reconstruit à l'identique.  

Pont canal de Caronte

 Plusieurs ponts autoroutiers comme ceux de Martigues ou de Tarascon font désormais partie de ce grand patrimoine architectural et technique engendré par cette nécessité du passage d'une rive à l'autre.

Source : Les monuments de l'eau en Provence - Jean-Marie Homet - Edisud 

Pont autoroutier de Martigues