Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Passion Provence
Passion Provence
  • Bienvenue chez moi à Trans en Provence dans le Var. Je vous invite à la découverte de la Provence et du Var en particulier à travers son histoire, son patrimoine, ses traditions, ses coutumes, ses légendes, etc...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
294 abonnés
Archives
7 avril 2024

A Toulon, au temps des fumeries d'opium

Opium fumerie 4

 

Vers 1900, à l'époque de l'empire colonial et alors que l'Orient fait rêver, à Toulon comme dans les autres villes portuaires, on trouve jusqu'à 200 fumeries d'opium clandestines. En Angleterre, on "mange" l'opium comme en Inde, en France, on fume le "chandoo" comme au Tonkin. Les marins et les militaires de retour d'Indochine, les Asiatiques immigrés, les négociants et les fonctionnaires français ont rapporté cette habitude de "tirer sur le bambou" des territoires indochinois qu'ils ont fréquentés. Les ports de Toulon et de Marseille seront ainsi "contaminés" en premier. La pratique se propageant ensuite aux villes portuaires telles Brest, Rochefort, Cherbourg, avant d'atteindre Paris. A Toulon, les marins fréquentent les maisons closes, mais se sont surtout les courtisanes appelées demi-mondaines, qui contribuent grandement à développer la pratique de l'opium comme une prestation supplémentaire pour leurs clients. Les fumeries sont aménagées le plus souvent chez ces dames, dans leurs villas du Mourrillon ou leurs appartements situés dans la haute ville, où elles ont aménagé une pièce de leur logement de manière exotique : des nattes, des matelas et des coussins sur le sol, un paravent chinois, tout l'attirail du fumeur sur un plateau (pipe, lampe, aiguille), sans oublier les kimonos dont elles se parent pour recevoir leurs hôtes. Elles se nomment Libellule, Hélène Narcisse, Rose Pétrole, Joujou, Clo-Clo, Claire d'Orthys, Gaby de Pulvis, Marcelle Esther ou bien Jeanne de Rochefort. C'est dans les bras de ces demi-mondaines, actrices ou encore danseuses de cabaret, que les officiers et sous-officiers de Marine, noient leur ennui et passent leur temps. Toulon ne vit alors que pour sa Marine et sa garnison. Les fumeries seront répertoriées par les services de police jusqu'au décret de 1908 où l'importation d'opium sera réglementée et la vente absolument interdite. Vers 1910, en France la "noire idole" est partout, dans tous les milieux : les arts, la littérature, la peinture, le cinéma... A l'Assemblée nationale, on réprouve cette pratique mais l'intérêt supérieur des colonies prime. L'opium est mollement réprimé. Un rapport de police daté du 20 janvier 1913 établi que : "l'usage et le trafic de l'opium ont repris depuis quelques mois une extension considérable à Toulon. L'arrivée de l'escadre du Nord est venue augmenter le nombre des fervents passionnés de ce dangereux poison.

 

Opium fumerie 1

 

Opium

 

Beaucoup de nouvelles demi-mondaines ont créé dans leurs appartements des fumeries et invitent ainsi leurs amis à venir fumer. Quelques femmes d'officiers de marine ont ajouté ce complément de fumerie à leurs réceptions". Ce rapport de police indique également que l'opium est apporté de Marseille et de La Ciotat où il est acheté à bord des bateaux venant de Chine et du Japon. Des douaniers du port de la Joliette à Marseille faciliteraient la vente de l'opium en dépôt dans les docks et les entrepôts par des manœuvres illicites et moyennant rétribution. Le 23 avril 1913, un journaliste du journal Le Matin révèle qu'il y aurait à Toulon 163 fumeries clandestines et qu'il aurait vu des officiers de marine fumer jusqu'à 80 ou 100 pipes en une seule soirée ! L'amiral Bellue, préfet maritime de Toulon reconnaît alors que la "toufiane" envahit notre flotte. Le péril est grand car il menace à la fois la santé et la sécurité nationale. Tous les jeunes officiers fument. La Marine et les militaires sont pointés du doigt. Parallèlement, on reproche aux artistes qui ont traité de l'opium dans leurs œuvres d'en avoir véhiculé une image romantique et encouragé ainsi sa pratique. Parmi eux, Charles Dickens, Walter Scott, Edgar Allan Poe, Charles Baudelaire, Jean Cocteau, Pierre Loti, Claude Farrère. Pourtant, dès 1906, le ministère de la Marine est intervenu auprès du préfet de Toulon afin qu'il procède à des perquisitions dans les fumeries et qu'il les ferme. Seulement voilà : nulle loi ne condamne l'opium. Finalement, à force de perquisitions et de fermetures publiques, les fumeries disparaîtront après 1916, laissant une armée et une marine affaiblies par ces pratiques opiomanes.

 

Source : D'après un article d'Ambre Mingaz paru dans le supplément du journal Varmatin du 25 mars 2012.

 

Opium fumerie 2

Opium fumerie 3

 

Opium, poison de rêve
Fumée qui monte au ciel,
C'est toi qui nous élève
Au paradis artificiel.
Je vois le doux visage
Les yeux de mon aimée,
Parfois j'ai son image
Dans un nuage de fumée.

Dans le port de Saïgon
il est une jonque chinoise
Mystérieuse et sournoise
Dont nul ne connaît le nom.
Et le soir dans l'entrepont,
Quand la nuit se fait complice
Les Européens se glissent
Cherchant des coussins profonds.

Et le soir au port falot
Les lanternes qui se voilent
Semblent de petites étoiles
Qui scintillent tour à tour.
Et parfois dans leur extase
Au gré de la fumée grise,
Le fumeur se représente
Ses plus beaux rêves d'amour.

Puisqu'on dit que le bonheur
N'existe pas sur la terre,
Puisse l'aile de nos chimères
Un jour nous porter ailleurs
Au paradis enchanteur
Plein de merveilleux mensonges
Où dans l'ivresse de mes songes
J'ai laissé prendre mon coeur.

 

Paroles de la chanson Opium créée en 1930 par Charlys et Guy d'Abzac

 

Opium matériel

Publicité
Publicité
Commentaires
B
super reportage! bravo!
Répondre
Q
Bonjour,<br /> <br /> J'ai bien aimé votre récit <br /> <br /> Ayant effectué une grande partie de ma carrière comme officier dans la marine en troisième région maritime, puis à la cellule de crise de la préfecture en tant que membre de la Délégation Militaire Départementale du Var, j’ai eu connaissance de certaines histoires du passé sulfureux de "Port La Montagne".<br /> <br /> J'ai écrit un récit sur mon site qui corrobore votre histoire.<br /> <br /> "Trahison pour la Belle Marie dans les vapeurs d’opium. Les fantômes de l’île du silence"<br /> <br /> https://lesconilquideau.wordpress.com/les-fantomes-de-lile-du-silence/<br /> <br /> <br /> <br /> Je pense que vous aimerez cette histoire véridique dans des lieux insolites que j'ai connu durant ma carrière.<br /> <br /> <br /> <br /> Ainsi que "Port la Montagne les marins du Faron"<br /> <br /> https://lesconilquideau.wordpress.com/port-la-montagne-les-marins-du-faron/<br /> <br /> Cordialement<br /> <br /> Capitaine de frégate
Répondre
L
L Angleterre n a pas été épargnée au XIX ème siècle.<br /> <br /> Les officiers mutés en Inde avec leurs épouses connaissaient déjà cette pratique. <br /> <br /> Les épouses s en procuraient aisément pour leur épargner les douleurs des accouchements.<br /> <br /> Malheureusement , ces aristocratiques ont été touchés par ces addictions redouteuses.
Répondre
Z
Bonjour, je fais actuellement un master d'histoire ayant pour thème la toxicomanie féminine au XIXe siècle, serait-il possible de me dire où vous avez trouvé vos illustrations? Je vous remercie vivement d'avance!
Répondre
N
Bonjour Nadine,<br /> <br /> <br /> <br /> Comme j'ai transféré mon blog OB chez eklablog, je vais me désinscrire de ta communauté "Bleu charette et rose bonbon" je suis désolée mais je n,ai pas le choix.<br /> <br /> <br /> <br /> À bientôt nadine et si tu transfère ton blog sur une plateforme que je peux me réinscrire, je le ferai avec plaisir.
Répondre
M
J'ai fais un article sur le "pastaga" crée après l'interdiction de l'absynthe...Finalement l'opium a aussi été remplacé par d'autres drogues...L'homme est très imaginatif pour détourné les "interdictions" quelles qu'elles soient !<br /> <br /> J'aime se genre d'article très riche en informations sur " Un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre " et ..moi non plus !<br /> <br /> Excellent soirée à toi.
Répondre
A
Les 'petits noms' de ces dames accortes donnaient par eux-mêmes déjà tellement à rêver que l'on se demande pourquoi l'ajout d'opium était nécessaire à ces messieurs pour réussir à s'envoyer en l'air ? ...<br /> <br /> Article passionnant très bien illustré.
Répondre
G
Superbe article. En effet, on n'invente rien ! <br /> <br /> Et dans nos villes portuaires de Marseille et Toulon, ces pratiques étaient oui fréquentes ..<br /> <br /> <br /> <br /> Merci Nadine pour ce partage fort intéressant et enrichissant<br /> <br /> Bonne journée<br /> <br /> <br /> <br /> Giselle
Répondre
L
Bonjour Nadine,<br /> <br /> <br /> <br /> Comme quoi on invente rien !!!! merci pour cet article. Bonne journée, bien grise encore.. pfffff.....<br /> <br /> <br /> <br /> Bien amicalement.
Répondre
Publicité