Passion Provence

Bèn vengudo dins lou Var

 

La Basse-Provence

 Bienvenue dans le Var sur mon nouveau blog qui n'est en fait que la continuité de La Provence de Nadine http://transenprovence.over-blog.com/

Pour voir celui concernant mon village, Trans-en-provence, c'est par là : http://www.transenprovence.info

"J'aime ce pays et j'aime y vivre parce que j'y ai mes racines, ces profondes et délicates racines qui attachent un homme à la terre où sont nés et morts ses aïeux, qui l'attachent à ce qu'on pense et à ce qu'on mange, aux usages comme aux nourritures, aux locutions locales, aux intonations des paysans, aux odeurs du sol, des villages et de l'air même." (Guy de Maupassant-Le horla)

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : , ,


29 mai 2020

A Fox-Amphoux vivaient les dinosaures

Fox-Amphoux

 Fox-Amphoux vu du ciel (Photo site de la Provence verte)

La découverte ne date pas d'hier. Et pourtant, à chaque nouvelle fouille, l'étonnement reste le même. Dans le village de Fox-Amphoux de nombreuses opérations de recherches ont, depuis les années 1900, date des premières découvertes, permis de faire de riches trouvailles. En effet, des fossiles de dinosaures y ont été trouvés en grand nombre, octroyant ainsi à la petite commune du Haut-Var une notoriété certaine auprès des spécialistes du monde entier. Dans les années 90, même Jack Horner, paléontologue américain, consultant auprès du cinéaste Steven Spielberg dans l'élaboration de son film : Jurassic Park, s'y est rendu afin d'explorer ce site unique. Et pour cause, car ce qui a été mis à jour ici est de nature exceptionnelle. Pourtant, bien des personnes ont dû passer à proximité du site de fouilles sans se douter de l'importance du lieu. Il s'agit d'un grand champ ou, désormais, seule une excavation permet de s'imaginer que des découvertes majeures y ont été faites. Guy Vilanova, président de l'Association de recherche et de paléontologie du Var, explique : "On trouvait ici, il y a des millions d'années, un delta torrentiel assez violent. On peut imaginer une étendue d'eau jusqu'à trente mètres de profondeur et une fin de plage, où des fossiles sont venus s'échouer". "Les dinosaures ont vécu 150 millions d'années en ces lieux et se sont finalement éteints, il y a 70 millions d'années". Lorsqu'un fossile est déterré, on est donc face à une richesse absolue, un témoignage inestimable du passé". Une des découvertes majeures qui s'est produite en terre varoise date des années 2000. "On a trouvé un arrière-crâne de titanosaure, le plus gros dinosaure ayant vécu dans le sud de la France. Il en existe seulement deux en Europe". Il s'agissait de quadrupèdes herbivores du Crétacé supérieur, entre 100 et 66 millions d'années. La présence de variraptors et de rhabdodons à Fox-Amphoux a aussi été attestée grâce à différentes campagnes de prospection menées successivement dans la commune.

Fragments d'os de dinosaures découverts à Fox-Amphoux

Fragment d'os de dinosaure découvert à Fox-Amphoux (photo site apie-movie.fr)

De découverte en découverte

Lorsqu'on découvre un fossile, on doit d'abord le dégager, faire de la place autour. On le protège ensuite avec un plâtre pour pouvoir le manipuler de l'intérieur et l'extraire complètement. C'est un travail très minutieux. Afin de mieux comprendre toutes ces étapes et offrir au plus grand nombre la possibilité d'observer les fossiles, une salle d'exposition a été créée en 2012 avec le soutien de la municipalité de Fox-Amphoux et du Conseil départemental du Var. Elle est située dans l'ancienne cave coopérative. Elle est ouverte l'été et sur rendez-vous les autres mois de l'année. On peut y voir de nombreuses pièces. Outre les fossiles de sacrums, dents, phalanges, coquilles d'oeufs et pinces de crabes, une maquette de rhabdodon ne passe pas inaperçue. Un bénévole qui a participé à sa conception explique : "Elle a nécessité 4 000 heures de travail. Elle est particulièrement intéressante puisque d'un côté, elle permet de s'imaginer parfaitement à quoi ressemblait le spécimen tandis que sur l'autre face, on a représenté son squelette. Cet herbivore à bec d'oiseau était énormément présent dans la région et vivait en troupeau.

Source : D'après un article paru dans le magazine "Le Var" du Conseil Départemental du Var n°8 Hiver 2019-2020.

Oeuf titanosaure fossilisé

Oeuf de dinosaure (photos site apie-movie.fr)

Exposition permanente de véritables os et fossiles de dinosaures, découverts sur la commune de Fox-Amphoux.

Adresse : Ancienne Cave Coopérative

Place de la mairie
83670 - Fox-Amphoux

HAUT VAR

Il était une fois... la Provence. Une étroite bande de terre composée de lagunes, d'îlots, de deltas, de marécages, et de rivières au cours parfois rapide, très violent. Une contrée émergée entre notre actuelle ville de Digne au nord, et celles de Brignoles et Aix en Provence au sud.

https://www.api-movie.fr

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 mai 2020

Claude Chappe invente le télégraphe (avec vidéo)

Maison de Claude Chappe

Brûlon (Sarthe) Maison natale de Claude Chappe, inventeur du télégraphe aérien (1763-1805)

Avez-vous déjà observé une tour abandonnée à tous les vents plantée sur une colline ? A quoi pouvait-elle bien servir ? Elle fait partie des quelques 500 tours de pierre qui s'élevaient dans le paysage français. C'est sous la Révolution que naît ce réseau de communication unique au monde. A cette époque, la guerre fait rage et dans un pays peu sûr, le pouvoir central a besoin d'un système de messagerie qui assure rapidité et discrétion de la transmission des informations. Un homme, du nom de Claude Chappe, s'avère providentiel. Rien ne le prédisposait cependant à se lancer dans cette incroyable aventure. Né en 1763 à Brûlon près du Mans dans la Sarthe, Claude Chappe entre d'abord dans les ordres. Nommé abbé à la fin de ses études au Collège Royal de la Flèche, il perd sa sinécure*. Le voilà sans travail mais pas sans idées. Cet homme passionné de mécanique, de physique et de phénomènes électriques décide de développer un système de communication par des stations-relais, une télégraphie plus rapide que les antiques tours à signaux ou encore la course d'un cheval au galop.

Télégraphe

Il imagine un réseau de sémaphores distants de 10 à 20 km chacun en fonction du relief. Ils sont coiffés d'un système original : un mât de de 7 mètres de haut, sur lequel pivotent deux bras articulés en bois de 4.60 mètres qui peuvent prendre différentes positions en fonction de la manière dont on les manipule. A l'aide d'un code tenu secret, les bras sont orientés de façon à former des lettres ou des mots. Chaque tour est équipée de téléscopes qui pointent des deux côtés de la ligne. On peut de la sorte envoyer très rapidement des messages d'une tour à l'autre. Claude Chappe avec l'aide de ses quatre frères chômeurs développe le réseau. C'est le 2 mars 1791, à 11 heures du matin, qu'ils envoient leur premier message : "Si vous réussissez, vous serez couverts de gloire". Ils ne croyaient pas si bien dire. Cela se passait dans le département de la Sarthe où ses frères habitaient et d'où la famille  était originaire. 

Claude-Chappe-télégraphe

Télégraphe

Fort de son succès, Claude Chappe se rend à Paris. Le 22 mars 1792, il soumet son invention à l'Assemblée nationale et la présente "comme un moyen d'envoyer des ordres aux frontières du pays et de recevoir la réponse pendant la durée d'une séance de l'Assemblée". Les députés sont séduits par ce système mais comme toujours, il faut du temps avant que le projet se réalise. C'est en mars de l'année 1793 que le député Charles-Gilbert Romme**propose à la Convention nationale d'utiliser l'invention de Chappe pour transmettre les informations militaires et remplacer ainsi les estafettes à cheval. Le 26 juillet 1793, le ministre de l'instruction publique, Joseph Lakanal, ordonne l'ouverture de la première ligne télégraphique qui sera construite entre Paris et Lille. Elle comprend quinze stations sur environ 200 kilomètres. Six mois plus tard, soit le 1er septembre 1794, ce réseau de sémaphores informe les Parisiens de la victoire de Condé-sur-Escaut sur les Autrichiens moins d'une heure après que l'évènement a eu lieu. La réaction du gouvernement ne se fait pas attendre ; c'est l'enthousiame général. Le télégraphe a trouvé sa raison d'être et le soutien politique dont il avait besoin. Chappe administre cette vaste entreprise avec la collaboration de ses frères. Désormais, à son apogée, le télégraphe optique compte 535 tours réparties sur près de 5 000 kilomètres de réseau. C'est ainsi qu'une dépêche transmise par le biais de ce système révolutionnaire met environ 4h30 pour effectuer un parcours allant de Paris à Montpellier ! Dans notre région, le télégraphe arrive à Toulon le 14 décembre 1821 pour le plus grand bonheur du maire de la ville. Cette surprenante toile d'araignée tissée dans le paysage va laisser ses marques car toutes les tours que l'on voit encore au hasard de voyages ou de promenades sont bâties sur une hauteur : montagne ou colline, mais encore et plus rarement sur un monument existant tel le clocher d'une église ou la tourelle d'un château. Les stations sont de forme carrée ou bien ronde, en pierres, sans plan architectural bien précis. Elles sont divisées en deux pièces : l'une d'elle sert à la manipulation des bras du télégraphe et l'autre est consacrée au repos des employés qui sont soumis à un régime sévère de présence, car il faut bien faire fonctionner les bras qui envoient désormais des signaux dans toute la France. La première pièce comprend un mécanisme complexe formé de leviers, d'axes, de contrepoids, de poulies, de cordes en laiton qui est actionné par l'homme. Les bras de cette gigantesque "araignée" font de un à quatre mètres de long. Ils sont en bois et peints en noir pour mieux se détacher sur la luminosité du ciel. Ils peuvent être orientés dans 98 positions qui génèrent 8 464 mots ou groupes de mots permettant de constituer des messages.

Le Petit Journal-le télégraphe Chappel

Illustration couleur du Petit Journal

A partir de 1831, le Sud de la France sera largement pourvu en télégraphes de Chappe. Deux grandes lignes ont été déterminées pour couvrir au maximum le territoire : il s'agit de la ligne "Toulon-Marseille-Lyon-Paris" et la ligne "Bayonne-Paris". Puis à partir de 1834, le réseau transversal "Avignon-Narbonne-Toulouse-Bordeaux" est mis en service. Enfin, en 1840, une ligne voit le jour entre Narbonne et Perpignan, justifiée par le trafic intense provoqué par la conquête de l'Algérie. Ce réseau télégraphique inventé par Chappe restera toujours sous le contrôle de l'Etat pour des besoins administratifs, politiques ou militaires. Dans le Var, les messages étaient essentiellement destinés au préfet maritime de Toulon. Lorsqu'ils concernaient le préfet du Var, ils étaient aussitôt amenés à Draguignan à cheval. (Nota de Nadine : Draguignan était, depuis 1800, la préfecture du département du Var. Elle le restera jusqu'en 1974 où elle fut transférée à Toulon, non sans cris et sans heurts). Le télégraphe de Chappe servira également à d'autres usages que l'usage militaire. Il permettra de transmettre par exemple, les résultats des toutes premières loteries nationales et des informations commerciales comme le prix de certaines matières premières. 

Télégraphe Chappe

 Carte montrant l'implantation du télégraphe Chappe à travers la France et les pays limitrophes

Puis peu à peu, à partir de 1840, ce système de télégraphe optique va cesser d'agiter ses bras démesurés à travers le territoire. Devenu coûteux à cause de la construction de plus en plus importante des tours et le fait qu'il fallait un personnel nombreux pour le faire fonctionner, il n'est plus rentable. D'autre part, un Américain, du nom de Samuel Morse*** (1791-1872), invente un système de communication électrique qui portera plus tard son nom. La transmission des signaux est plus rapide qu'avec les stations de Chappe qui présentent de nombreux inconvénients : l'impossibilité de communiquer par temps de brouillard ou de pluie. Les transmissions de nuit, en utilisant des fanaux arrimés aux bras, n'ont pas donné entière satisfaction. Le télégraphe de Chappe est dépassé, il est devenu obsolète. En France, l'exploitation de ce réseau optique durera cependant jusqu'en 1852, année de la mise en service du télégraphe électrique entre la capitale et Strasbourg et en parallèle avec le tout nouveau chemin de fer. Le système Chappe sera encore utilisé en Algérie de 1844 à 1859 et sur les champs de bataille de Crimée en 1855, grâce à des stations mobiles. Les tours de Chappe n'auront plus de raison d'être. Les bâtiments, leurs mécanismes et leurs mobiliers seront mis aux enchères publiques par le service des Domaines. Beaucoup seront abandonnées à l'usure du temps, d'autres réhabilitées par des amoureux du patrimoine et des télécommunications. Quant à Claude Chappe, il ne verra pas la fin précipitée de son système de transmission. Ce dernier, victime d'une campagne de calomnie, par laquelle, on l'accuse d'avoir plagié des systèmes de sémaphores militaires, se suicide en se jetant dans un puits, le 23 janvier 1805 à Paris, Il sera inhumé au cimetière du Père-Lachaise. Il avait 42 ans.

Sources : Le petit bâti Sud de la France - Hubert Delobette - Le papillon rouge éditeur, et un article d'André Peyrègne paru dans le supplément du magazine "Nous" numéro 96 du 29 février 2020, édité par le journal Var-matin.

Sépulture de Claude Chappe au Père Lachaise

Tombe de Claude Chappe au cimetière du Père Lachaise à Paris (Photo internet)

 Complément : Il faut sauver deux marins de la guillotine

Le 3 février 1828 c'est le branle-bas de combat au ministère de la Marine à Paris. On reçoit une information permettant peut-être d'innocenter deux marins condamnés à mort qui doivent être exécutés le lendemain au bagne de Toulon. Il faut suspendre l'exécution. Vite ! le télégraphe... A 17 heures 30, un agent se rend à la tour de Ménilmontant pour envoyer le message : " Ministère de la Marine : il est demandé de suspendre l'exécution de..." Pendant qu'au bagne de Toulon, dans les cachots des condamnés à mort, les deux marins voient leur dernière heure arriver, les bras articulés du télégraphe commencent à mouliner l'information qui doit les sauver. De relais en relais, le message quitte Paris, se dirige vers Tonnerre, Semur, Dijon. Dans chacun des relais, les préposés à la transmission réalisent qu'il y a urgence. La vie de deux hommes est entre leurs mains. Ils font du plus vite qu'ils le peuvent, mais hélas cela ne suffira pas. Les tours Chappe de Chalons, de Lyon, de Valence prennent le relais. Une course contre la montre est engagée. Puis ce sont les relais d'Etoile sur Rhône, de Livron, de Loriol. Mais on est en hiver et voilà que la nuit commence à tomber. Soudain, le message n'est plus visible. Sa transmission est interrompue. A l'aube du 4 février 1828, dans le bagne de Toulon, deux marins qui étaient peut-être innocents du crime dont on les accusait furent exécutés...

Source : D'après un article d'André Peyrègne paru dans le supplément du magazine "Nous" numéro 96 du 29 février 2020, édité par le journal Var-matin.

dans-les-Dans les pas-de-Claude-Chappe-inventeur-du-telegraphe

Quelques explications

* SinécureUne sinécure est, à l'origine (au Moyen Âge), un bénéfice ecclésiastique, du latin "sine cura" , abréviation de "beneficium sine cura" accordé à un clerc pour lui permettre d'effectuer un travail de recherche sans avoir à assurer de services religieux ou, comme on dit, sans avoir charge d'âmes. L'expression : "ce n'est pas une sinécure" désigne une "situation de tout repos" ou bien un "travail rétribué dans lequel il n'y a rien ou peu de choses à faire". Par extension, il signifie aussi une "chose sans importance ou insignifiante".

** Charles-Gilbert RommeCharles-Gilbert Romme, dit Gilbert Romme, né le 26 mars 1750 à Riom et mort le 17 juin 1795 à Paris, est un homme politique et révolutionnaire français qui est à l'origine du calendrier républicain (calendrier non lié au christrianisme avec des nouveaux noms de mois et une périodicité décimale). D'une famille bourgeoise de Riom, il fait ses études en même temps que son frère, le futur mathématicien Charles Romme, au collège des Oratoriens de Riom puis, pendant cinq ans, à Paris. De 1779 à 1790, il devient le précepteur de Paul Stroganov, fils du comte russe Alexandre Sergueïevitch Stroganov, à Saint-Pétersbourg, puis à Genève et enfin à Paris, accompagné du jeune André Voronikhine.

Source : Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Appareil de Morse

 Appareil à communiquer le morse (Photo internet)

*** Samuel Morse : Samuel Finley Breese Morse est un Américain, né le 27 avril 1791 à Charlestown et mort le 2 avril 1872 à New-York. C'est un inventeur, physicien et peintre de génie. Samuel Morse est connu pour avoir mis au point un télégraphe électrique et aussi un code baptisé Morse 1 qui permet d'utiliser le télégraphe électrique mais aussi d'émettre des signaux visuels et audio. La première maquette du télégraphe est probablement réalisée en 1835, mais il passe encore la majeure partie de son temps à enseigner la peinture et la sculpture à l'université de New-York. A partir de 1837, il se consacre au télégraphe et s'associe avec deux partenaires : Leonard Gale, professeur de science à l'université de New-York et Alfred Lewis Vail, plutôt porté sur la réalisation pratique et qui proposa d'utiliser l'atelier de ferronnerie de ses parents pour la réalisation d'un prototype. En fait, c'est Vail qui trouve la solution du code composé de points et de barres en 1838. A l'origine Morse avait imaginé des codes composés uniquement de chiffres et un dictionnaire pour interpréter les messages reçus. Vail avait pressenti que les messages devaient être verbaux et donc composés de lettres et de signes. C’est en visitant une imprimerie typographique que Vail comprit que certaines lettres étaient plus utilisées que d'autres et que le code devait privilégier les lettres les plus fréquentes.

Source : Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Je vous propose de regarder plusieurs vidéos toutes consacrées à Claude Chappe et/ou aux télécommunications : Histoires de timbres N°8, Claude Chappe - Le musée Claude Chappe à Brûlon (Sarthe) - Le télégraphe de Chappe (Orne) - Idées de génies : Le télégraphe de Chappe - L'histoire des systèmes et réseaux de télécommunications.

                                                             

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 mai 2020

Parlez-vous le sud ? Que veut dire "estrasse" ?

 

Yves Pujol

Bonjour, Yves Pujol nous explique aujourd'hui ce que veut dire le mot : "estrasse".

Il est habillé comme une "estrasse" ! Un vieux vêtement qui ne ressemble à rien. Au départ, estrasse veut dire une serpillère. Cela vient du verbe occitan estrassar : mettre en lambeaux, déchirer.

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 mai 2020

La mode sous le Directoire : les Incroyables et les Merveilleuses

 

Incroyable_et_Merveilleuse

L'année 1789 marque la fin du costume de l’Ancien Régime. Pendant la période de la Terreur, le mot d’ordre est d’éviter de porter des vêtements extravagants, sous peine d‘être guillotiné. Après la mort de Robespierre en 1794, on recommence à soigner son apparence, en s’inspirant du style des aristocrates britanniques mais avec plus d’excentricité. Les hommes et les femmes, qui suivent cette mode, sont nommés les "Incroyables" et les "Merveilleuses", car ils utilisent ces mots régulièrement. 

Contrairement au costume sous Louis XIV, les Incroyables portent une redingote anglaise qui se raccourcit devant et s’allonge derrière, le gilet est plus court, la culotte s’élargit, le col couvre la nuque entièrement, le jabot est plus volumineux au point de cacher le menton. Ils ne mettent plus de talons, mais des chaussures plates ou des bottes hautes. Les coiffures extravagantes et les perruques sont remplacées par une nouvelle coupe : les cheveux tombent sur les oreilles et flottent sur les épaules. Ces hommes ont toujours à la main un gourdin en spirale, qu’ils appellent leur "pouvoir exécutif". 

Costume en 1800

Les vêtements féminins subissent aussi des changements. Le style néo-classique étant à la mode, les femmes se vêtissent de robes de style tunique blanche, que portaient les statues grecques. Ces robes sont faites à partir d’étoffes légères et parfois elles sont tellement transparentes, qu’un collant blanc ou rose est nécessaire en dessous.  Les Merveilleuses ont également des sandales plates et un petit sac à main, pour remplacer l’absence de poches. Leur coiffure est plus simple et peut être surmontée de plumes d’autruche. 

Merveilleuse en tunique à la grecque 

La mode n’influence pas seulement l’accoutrement, mais aussi le langage. En effet, il est de bon ton d’enlever les " r " (première lettre du mot révolution) de chaque mot, à cause du mauvais souvenir de la Révolution. L’élimination du " r " permet une coupure avec les années terribles de 1789 à 1794, d’où la prononciation des  "Me’veilleuses" et des "Inc’oyables". Napoléon met fin à cette mode extravagante, lors de son accession au pouvoir en 1800.

Source : ABC français - Cours de langue en ligne - ABC français .com

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mai 2020

Gaspard Bouis dit Gaspard de Besse, bandit au grand coeur

Gaspard Baptême

 Acte de baptême de Gaspard Bouis (Archives départementales du Var)

Gaspard Bouis fils de Jean Baptiste, ménager et de Thérèse Roux est né le 9 février 1757 à 2h de l'après-midi à Besse (aujourd'hui Besse-sur-Issole). Son parrain a été Gaspard Bouis. Un an après, son père mourrait, sa mère Thérèse se remariait en 1760 avec François Mourian et donna à Gaspard une demi-sœur Marie-Anne dont il fut le parrain à l'âge de 16 ans.

Gaspard-Maison-natale--2-

Maison natale de Gaspard Bouis à Besse-sur-Issole (Photo Nadine)

Gaspard

 Portrait de Gaspard de Besse

La légende qui marqua l'entrée de Gaspard Bouis dans la clandestinité colporte deux versions. Suivant l'une ce serait en aidant un évadé du bagne qu'il prit le maquis, devint son complice et finit par former une bande de hors-la-loi. Suivant l'autre, une nuit alors qu'il s'amusait avec des amis dans une petite auberge, après avoir trop bu, il signa involontairement son engagement dans l'armée du roi. Le lendemain, retrouvant sa lucidité et réalisant ce qu'il avait fait, il déserta et partit se cacher dans les montagnes avec ses amis.  Son repaire aurait été une grotte du Mont Vinaigre. D'abord soutenue par la population, la petite bande se lasse rapidement de cette vie, et se met alors à vivre d'expédients et de rapines tout en respectant ceux qui les avaient aidés.

Sa bande émigra ensuite dans les gorges d'Ollioules beaucoup plus fréquentées par les voyageurs, puis leurs exploits s'étendirent de Marseille à Nice grâce à un réseau d'indicateurs. Sa devise était : "Effayez mais ne tuez jamais" Arrêté dans les Maures en juin 1779, il s'évade moins d'un an après grâce à la tendre complicité de la fille du geôlier de la prison de Draguignan. On lui impute aussi la libération d'une colonne de galériens qui s'unissent à la bande avec quelques-uns de leurs gardiens.

En détroussant les riches, il vengeait par ses méfaits, le petit peuple accablé par les impôts et la misère chronique qui règnait alors dans les campagnes provençales comme dans la France entière. Astucieux, rigolard, parfois débonnaire, il prenait un malin plaisir à ridiculiser le parlement de Provence et à dévaliser les agents du fisc (collecteurs d'impôts). Lorsqu'il lui arrivait d'arrêter par inadvertance les petites gens, il les relâchait aussitôt et leur distribuait parfois des subsides. C'est pourquoi il était très aimé des gens du peuple.

 Beau garçon, il était galant avec les dames qu'il traitait avec beaucoup de déférence parait-il lors de ses exactions. Ridiculisant la maréchaussée lancée à ses trousses, bravant le danger avec panache, ce brigand rassemblait tous les ingrédients pour en faire un héros romanesque. Mais hélas, force resta à la loi.

Reconnu par hasard dans une auberge, à la Valette du Var, alors qu'il était en visite chez son ami Augias évadé des galères, il fut arrêté en septembre 1780 à La Valette. Gaspard de Besse et ses deux lieutenants Joseph Augias et Jacques Bouilly se retrouvent au cachot. Après un long procès, il sera condamné à mourir sur la roue, supplice courant à cette époque, mais ô combien barbare !

Gaspard--2-

Plaque avec carreaux de faïence à l'effigie de Gaspard de Besse à Besse-sur-Issole (Photo Nadine)

Le jugement du 14 octobre 1781 précise qu'il "devra être conduit sur l'échafaud pour y avoir les bras, les jambes, les cuisses et les reins rompus et être ensuite exposé sur une roue, la face tournée vers le ciel, pour y expier et y rester jusqu'à ce que mort s'ensuive".

Le 25 octobre 1781, Gaspard Bouis et ses deux comparses furent exécutés en subissant le châtiment de la roue à Aix-en-Provence vers 11 heures du matin. La légende veut qu'il monta au supplice avec un courage héroïque. Comme si la peine n'avait pas été assez sévère pour ce jeune homme de 24 ans qui n'avait jamais assassiné personne au cours de ses méfaits, sa tête sera coupée après sa mort et clouée à un piquet sur décision du Parlement et mise à l'entrée du bois des Taillades, théâtre de ses exploits.

Supplice de la roue

Gravure représentant le supplice de la roue

Source : Inspiré d'un article paru dans l'Almanach pittoresque du Var - 1995 - Maryse Pèbre et Monique Rieupouilh.

Le supplice de la roue

La roue est un moyen de supplice utilisé depuis l'Antiquité jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. Au cours de l'histoire, ce supplice a revêtu différentes formes. Dans l'Antiquité, on attachait les condamnés aux rayons d'une roue pour les torturer ou les faire tourner parfois jusqu'à la mort.

Les hagiographies (biographie d'un saint) légendaires des martyrs chrétiens des premiers siècles font état de roues de fer garnies de pointes destinées à déchirer les chairs, dont l'histoire ne semble cependant pas avoir gardé de traces. Les plus célèbres personnages chrétiens qui auraient été torturés par ces engins sont sainte Catherine d'Alexandrie et saint Georges de Lydda. Au milieu du Moyen Age, apparaît un nouveau mode d'exécution au cours duquel le condamné à mort, après avoir eu les membres et la poitrine brisés en étant écartelé sur le sol ou sur une croix en bois, reste exposé sur une roue jusqu'à ce que mort s'ensuive. Selon la résistance du patient, l'agonie sur la roue pouvait durer de quelques instants à plusieurs jours. Les juges atténuaient parfois la sentence par un retentum (voir explication après le texte), enjoignant au bourreau d'étrangler le patient à un moment donné. Pour des raisons de décence, la peine de la roue n'était pas appliquée aux femmes : celles-ci étaient condamnées au bûcher, à la pendaison ou à la décapitation, en fonction de leur crime ou de leur qualité.

Explication du mot "retentum"

Dans la procédure criminelle de l'Ancien Régime, le retentum traduisait un geste d'humanité envers une personne promise à une peine capitale particulièrement douloureuse. Gardée secrète par le juge (d'où son nom), cette disposition n'en était pas moins exécutoire. En latin, retentum du verbe retineo signifie retenu (c'est-à-dire maintenu secret, donc tu). Attesté depuis le Moyen-Age, le retentum n'a pas survécu à la Révolution. Par une note manuscrite secrète, le juge ordonnait qu'on épargnât à un criminel qui avait expié ses fautes, la souffrance atroce des supplices alors en usage (écartelement, roue, bûcher...). Le bourreau tuait discrètement le condamné en se plaçant derrière, par strangulation (avec une cordelette nouée au préalable autour du cou du supplicié), en l'assommant (par exemple avec les bûches sur la tête, le bourreau étant masqué par le nuage de fumée du bûcher) ou en lui transperçant le coeur d'un croc de fer, avant de faire subir à son cadavre le châtiment prévu.

Source : Wikipédia, l'encyclopédie libre.

*****************************

Pour en savoir plus sur Gaspard de Besse, je mets ci-dessous le lien de Wikipédia :

Gaspard de Besse

Gaspard Bouis, dit Gaspard de Besse (né à Besse-sur-Issole et mort, à 24 ans, roué à Aix-en-Provence est un renommé brigand provençal qui a opéré dans les massifs de la Sainte-Baume, des Maures, de l'Étoile, de l' Estérel ainsi que dans les gorges d' Ollioules.

http://wikipedia.org

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,