Passion Provence

Bèn vengudo dins lou Var

 

La Basse-Provence

 Bienvenue dans le Var sur mon nouveau blog qui n'est en fait que la continuité de La Provence de Nadine http://transenprovence.over-blog.com/

Pour voir celui concernant mon village, Trans-en-provence, c'est par là : http://www.transenprovence.info

"J'aime ce pays et j'aime y vivre parce que j'y ai mes racines, ces profondes et délicates racines qui attachent un homme à la terre où sont nés et morts ses aïeux, qui l'attachent à ce qu'on pense et à ce qu'on mange, aux usages comme aux nourritures, aux locutions locales, aux intonations des paysans, aux odeurs du sol, des villages et de l'air même." (Guy de Maupassant-Le horla)

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 avril 2020

On les apppelle faïsses, restanques ou bancau

 

Oliviers sur des restanques

Faïsso est un mot qui a évolué de la plaine au versant. Il se rencontre, curieusement, en terrain plat tout aussi bien qu’en terrain à déclivité.

Pour la plaine, c’est une partie des terres labourables d’une exploitation, affectée à l’une des cultures de l’assolement ou à la pâture, partie généralement séparée par des roubines (les roubines sont des canaux creusés par l’homme aux fins d’assainissement ou d’irrigation).
Sur les autres types de terrain, "faïsse" ou "faysse", désigne la terrasse ou gradin de culture, bande de terre soutenue par un mur en pierre sèche : le paret.
Ces terrasses rendaient possibles les cultures là où elles ne l’étaient pas, en utilisant cette technique des paliers horizontaux soutenus par des murets .
Elle sont les témoins, silencieux, du colossal travail d’épierrage, de remblayage, et de construction pour implanter et maintenir une agriculture, dans des endroits parfois très reculés, réalisé par nos ancêtres. Ce travail se faisait le plus souvent à dos d’homme. Il n’était pas rare de voir, après une forte pluie, les gens aller chercher la terre arable que l’eau avait emportée et la remonter à l’aide de la "besse", vaste panier fait d’éclisses de châtaignier ou tressé d’osier, porté sur le cou en y intercalant un coussin, le "coulassou".
 

Carte-zones-a-terrasses

Les diverses appelations associées aux cultures en terrasses :

BANCAL ou BANCAU : Le terme provençal bancal a le sens de "plate-bande", de "planche cultivée" mais aussi de "banquette de terre", de "gradin de culture". Il est dérivé de l'ancien occitan "banc" dont il conserve le sens. En français, au XVIe siècle, "banc" a déjà le sens de banquette de terre. En 1600, on emploie "banc" dans le sens de terrasse soutenue par un mur.

BANQUETTE : C'est par analogie de forme qu'on appelle "banquette" en français, une levée de terre ou terrasse destinée à retenir le sol sur un terrain en pente.

Sources : Charles du Fresne, sieur du Cange ou Ducange : "fascia", bande étroite de terre. Frédéric Mistral : faisso, faicho (a) - bande dont on enveloppe un enfant, maillot - intervalle entre les rangées de ceps de vignes, plate-bande de jardinage, sole de terrain, bande de terre soutenue par un mur. P. Cayla : faïsse : fidèle à son origine latine, ne signifie rien d’autre que "bande de terre" et décrit une morphologie horizontale et non pas verticale (Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays de Languedoc de 1535 à 1648, Montpellier, 1964, p. 311).

FAISSE, FAISSO, FAISSA : Sous la graphie phonétique, "faisso", on reconnaît l'occitan, "faissa", qui est un des grands termes désignant une terrasse soutenue par un mur. Alibert dans son dictionnaire donne comme définition supplémentaire "sole de terrasse" mais encore "plate-bande de jardin".

Oliviers-restanques

PARET : Dans l'expression "paret de faisso" paret désigne le mur de soutènement de la faisse, la bande terre qui est en terrain pentu.

PLANCHE : Dans la région de Nice, le terme français "planche" serait employé dans le sens de "bande de terre plane soutenue par un mur".

RESTANCO, RESTANCA, RESTANQUE : "Restanco", forme prononcée de l'occitan "restanca" et sa francisation "restanque" sont généralement donnés comme synonymes de "terrasse soutenue par un mur" en Basse-Provence notamment.

TERRASSE : En agriculture, une "terrasse" est une levée de terre en forme de banquette, édifiée sur un terrain pentu pour obtenir une surface plus ou moins horizontale. La "terrasse" peut être bordée par un talus ou soutenue par un muret. Le talus est revêtu d'herbe, le mur est en pierres sèches.
 

Dictionnaire-terrasses

Source : D'après le site internet l'architecture en pierre sèche

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 mars 2020

Alphonse Tavan, le paysan poète

 

Anfós Tavan

Pierre Alphonse Tavan dit Anfos Tavan est né le 9 mars 1833 à Châteauneuf-de-Gadagne dans le Vaucluse.

Paysan sans éducation autre que celle qu’il a reçue à l’école communale, il compose ses poèmes en cultivant la terre. Il lit et écrit des vers provençaux et compose aussi une comédie, qui sera jouée à Châteauneuf-de-Gadagne en 1854. Les Giera, propriétaires du château, s’intéressent alors à lui et il se trouve invité lors des réunions poétiques qui se tiennent au château. C'est là qu'il se fait remarquer avec sa jolie chanson naïve des "Frissons de Mariette". Ses vers lui font bientôt une jolie réputation et c’est ainsi qu’il devient membre fondateur du Félibrige, le 21 mai 1854 au château de Font-Segugne, à Châteauneuf-de-Gadagne, le jour de la Sainte Estelle. Il se retrouve aux côtés de Joseph Roumanille, Frédéric Mistral, Théodore Aubanel, Jean Brunet, Paul Giéra et Anselme Mathieu.

Font-Ségugne

 Château de Font-Segugne (Photo internet)

Vers la même époque, il est rattrapé par la conscription et envoyé à Rome, alors occupée par les troupes françaises. Il y contracte la malaria et doit être réformé. De retour en Provence, devenu inapte au travail des champs, il entre comme employé de chemin de fer à la compagnie PLM (Paris-Lyon-Méditerranée), d’abord à Rognac et ensuite à Marseille.

Il publie en 1876 ses poésies joyeuses et mélancoliques dans son premier recueil de vers provençaux : "Amour e plour" (Amour et pleurs). Dans la préface, il dit que ses poésies, si naïves et rustiques qu’elles puissent être, n’ont d’autre source que la vérité du cœur et les joies et les peines qui ont tissé sa vie.

L’un des poèmes de ce recueil ayant pour titre "Prouvenço e troubadour", évoque les troubadours de la Provence médiévale dont les vers mélodieux et suaves ont porté dans toute l’Europe les joies et les beautés de l’amour
Il publiera un second recueil : "Vido Vidanto", en 1900. Il vivra assez longtemps pour célébrer, en compagnie de Frédéric Mistral, dernier rescapé des sept félibres initiaux, le cinquantenaire du Félibrige, en 1904.

Il mourut le 12 mai 1905 à Châteauneuf de Gadagne. Alphonse Tavan reste dans l’histoire comme ayant été le poète de la terre, celui qui communia de ce fait avec les jeunes gens des villages.

Source : D'après Wikipédia, l'encyclopédie libre

Chanson de Stéphane Daniel (auteur-compositeur-interprète) sur Châteauneuf-de-Gadagne, petit village du Vaucluse qui sent bon la Provence, les souvenirs d'enfance et qui rend hommage à Anfos Tavan, Frédéric Mistral et le Félibrige et à l'univers de Marcel Pagnol...

Gadagne

Je m’en retournerai dans ce petit village
Dans ce trésor perdu, dans ce livre d’image
Qui abrite en secret mes souvenirs d’enfant
Comme un album photo qu’on garde au fil du temps.

Je m’en retournerai dans ce coin de Provence
Ce petit paradis au parfum de vacances

Aux odeurs mélangées de thym et de lavande
Ou coulent les bons vins les pastis de légende

Sur les photos jaunies, je me souviens de noms
Des amis d’autrefois des parties de ballons
Des tous premiers baisers de mon premier amour
Des balades à vélo, jusqu’à la fin du jour

Je m’en retournerai dans ce pays d’antan
Ou plane encore parfois l’esprit d’Anfos Tavan
Berceau du Félibrige, des amis de Mistral
Un jour je reviendrai dans mon pays natal

Je m’en retournerai sur la petite place
Traversant la grand-rue et le marchand de glace
Parler aux anciens des histoires du pays
En écoutant chanter leur accent du midi

Rien n’a vraiment changé depuis plus de 100 ans
Quand on vient par ici on voyage dans le temps
Tout ressemble aux décors d’un des films de Pagnol
Où chacun vient jouer ici son propre rôle

Je m’en retournerai dans son vieux cimetière
Où un matin d’avril, j’ai enterré mon père
Quand j’aurai fait mon temps lorsque viendra ma fin
Que mon âme repose enfin parmi les miens

Je m’en retournerai dans ce petit village
Dans ce trésor perdu, dans ce livre d’image
Qui abrite en secret mes souvenirs d’enfant
Comme un album photo qu’on garde au fil du temps.

Buste Alphonse Tavan

 Buste d'Anfos Tavan à Châteauneuf-de-Gadagne (Photo internet)

Je mets le lien ci-dessous sur un article qui est passé le 21 janvier et qui explique l'histoire du félibrige.

Histoire du Félibrige - Passion Provence

Le terme Félibrige est dérivé du terme félibre, terme que les fondateurs ont emprunté à un récitatif pour désigner celles et ceux voués à défendre la langue provençale. Une femme est appelée félibresse ou félibresso. Une réunion de félibres pourra être désignée sous le nom de felibrejado.

http://www.passionprovence.org

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 mars 2020

Parlez-vous le sud ? Savez-vous ce qu'est une bazarette ?

Pipelettes

Comme vous semblez apprécier les petites vidéos de notre ami toulonnais Yves Pujol, j'en mets une nouvelle. Il nous explique aujourd'hui, ce qu'est une bazarette ?

"Elle, c'est vraiment une bazarette !" Une "bazarette" c'est une commère, une pipelette. En provençal, ça vient du mot "basaruta" qui veut dire jacasser.

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 mars 2020

Les campaniles de Provence

 

Campaniles et clochers

Qu'est-ce qu'un campanile ? Le mot campanile signifie "clocher" en italien. Le mot est dérivé du latin "campana", qui désigne une cloche. 

DSC07340

Castellane (04) : le campanile domine l'horloge (Photo Nadine). Tour de l'horloge bulboïde. Elle date de 1359 et fut modifiée en 1775 pour accueillir l'horloge et le campanile municipaux. Ornement sommital : une croix. Date de construction du campanile : 1775 (Infos sur le site "Les campaniles de Provence et d'ailleurs").

 Au cours des siècles qui suivirent la conquête romaine, l’influence italienne fut particulièrement marquée. En Provence, les forgerons se plient à l’ordonnance italienne et organisent leurs campaniles en forme de lanterne surplombant un simulacre de coupole. L’ensemble représente la terre recevant la lumière du ciel. C'est au  XVIème siècle que les campaniles apparaissent. Ces cages de fer forgé érigées dans un style complexe et souvent élaborées modestement rythment de leur silhouette légère le ciel de Provence.

Au départ, les campaniles sont fabriqués afin qu’il y ait une moindre résistance au vent. Puis, petit à petit, ils s'imposent et prennent une valeur décorative importante. Leur structure est aérée pour ne pas donner de prise au mistral. Les campaniles coiffent l’horloge du village, ou sont placés sur l’hôtel de ville ou encore le clocher d’une église. Ils abritent une cloche qui sert à alerter les habitants en cas de danger ou de malheur (tocsin).

C'est à partir du XVIIème siècle qu'ils ont été édifiés et ils remplacent souvent le sommet du clocher en pierre de l’église, trop fragile, détruit à la suite d’un tremblement de terre ou de tout autre phénomène climatique (vent, tempête). Leur paroi métallique en forme de bulbe ou de sphère, fine comme de la dentelle, s’orne d’arabesques et de volutes pour se terminer par une girouette ou une simple croix dressées au-dessus d’une oriflamme en métal. A l'heure actuelle, le département du Var est celui qui compte le plus de campaniles. 

DSC06605

Mons (83) : le campanile est sur le clocher (Photo Nadine). 

Veilleurs infatigables des villages, les campaniles se plaisent à disperser les nuages tandis que leurs longs rubans de cuivre obéissent aux caprices du mistral ou du vent d'est.

Source : D'après le blog "Tableaux Provence - Escapades ensoleillées aux couleurs provençales" 

2018-01-21 Moissac-Bellevue (9)

Moissac-Bellevue (83) : le campanile est sur la tour de l'horloge ( Photo Nadine). Il a été construit en 1868. L'horloge est de Bodet, société créée en 1868 et toujours existante. Elle est spécialisée dans l'horlogerie d'édifices, de restauration d'équipements des clochers (beffroi, jougs, abat-sons...), de restauration et d'électrification des cloches. (Infos sur le site "Les campaniles de Provence et d'ailleurs" et sur "Bodet.com").

Campanile-Trans-en-provence 83

Trans en Provence (83) : le campanile est placé sur le clocher (Photo Nadine). Il est surmonté d'une girouette oriflamme.

Je vous propose deux articles. Le premier : La première horloge de Trans est à lire sur mon autre blog consacré à mon village, Trans en Provence. Le second a pour titre Les girouettes. Je mets les deux liens et je vous souhaite une bonne lecture. 

La première horloge de Trans - Trans en Provence au fil de la Nartuby

Les habitants du lieu de Trans voyant leur chef-lieu de viguerie, Draguignan, doté, depuis longtemps d'une horloge, voulurent, à leur tour, en avoir une. Pour une localité industrielle comme l'était déjà Trans en 1538, ce n'était pas seulement du luxe, c'était une nécessité.

http://www.transenprovence.info
Les girouettes - Passion Provence

Girouette coq sur le clocher aux tuiles vernissées de l'église Saint-Michel de Trigance dans le Haut-Var (Photo Nadine) Girouette coq sur le clocher de l'église de Castellane dans les Alpes-de-Haute-Provence (Photo Nadine) Girouette oriflamme sur le campanile du clocher de l'église fortifiée Saint Joseph du Muy (Photo Nadine) Girouette oriflamme sur le campanile du clocher de l'église Saint-Victor de Trans en Provence (Photo Nadine) Girouette sur le toit d'une maison à Ampus (Photo de Rosette d'Ampus du blog "Le Toupin") Il existe des girouettes très anciennes.

Lien du site : Les campaniles de Provence et d'ailleurs.

Les campaniles de Provence et d'Ailleurs

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le campanile en fer forgé... sans jamais oser le demander cliquer ici INVITATION attention, la date à encore changée Je vous invite le Samedi 29 avril, à l'Abbatiale de Saint Chinian, à une conférence sur les campaniles en fer forgé.

http://abegui.free.fr 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 mars 2020

Parlez-vous le sud ? Que veut dire "escagasser" ?

Aujourd'hui, Yves Pujol le toulonnais nous explique ce que veut dire le mot "escagasser" ? et ensuite le mot "caguer".  

 

Posté par Nadine de Trans à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,