Passion Provence

Bèn vengudo dins lou Var

 

La Basse-Provence

 Bienvenue dans le Var sur mon nouveau blog qui n'est en fait que la continuité de La Provence de Nadine http://transenprovence.over-blog.com/

Pour voir celui concernant mon village, Trans-en-provence, c'est par là : http://www.transenprovence.info

"J'aime ce pays et j'aime y vivre parce que j'y ai mes racines, ces profondes et délicates racines qui attachent un homme à la terre où sont nés et morts ses aïeux, qui l'attachent à ce qu'on pense et à ce qu'on mange, aux usages comme aux nourritures, aux locutions locales, aux intonations des paysans, aux odeurs du sol, des villages et de l'air même." (Guy de Maupassant-Le horla)

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 juin 2018

Le livre de raison

Livre de raison

 En Provence plus qu'ailleurs, le chef de famille exerçait une autorité absolue sur femme et enfants, autorité patriarcale qui devait être respectée sans mot dire. Il conservait encore cette autorité sur ses enfants qui, arrivés à l'âge adulte, avaient fondé leur propre foyer. Tous les membres de la famille le consultaient sur les problèmes importants, et rien ne se faisait sans son approbation. A sa mort, l'autorité passait à l'aîné des enfants mâles qui conservait désormais chez lui le livre de raison. On appelait livre de raison le grand registre sur lequel étaient consignés la généalogie de la famille, les titres et les délibérations, les actes de partage et les limites de propriétés, etc... Ce livre était enfermé avec tous les papiers de famille dans un coffre en bois sculpté et fermé à clef. C'était donc au fils aîné de continuer à tenir ce livre, en signant chaque page qu'il rédigeait et en le consultant pour mieux connaître la conduite à tenir. Ces livres de raison disparurent à la Révolution.

Dans ce système patriarcal très marqué, la femme devait respect et soumission totale à son mari. Mais dans les faits, les épouses provençales détenaient elles aussi une certaine autorité. Celle-ci s'appliquait davantage aux affaires intérieures et quotidiennes du ménage. Souvent responsables des dépenses, les Provençales étaient économes et constituaient peu à peu avec leurs épargnes la dot de leurs filles à marier.

Source : Almanach de la mémoire et des coutumes - Provence - Claire Thiévant

 

14 juin 2018

Marseille au début du XXème siècle

 

Marseille

Marseille au début des années 1900

Un peu d'histoire : Le XIXe siècle, avec son cortège d'innovations industrielles, dont l'apparition de la navigation à vapeur, les conquêtes de la France dès 1830, puis le percement du canal de Suez, stimule le commerce maritime et la prospérité de la ville qui passe d'environ 300 000 habitants en 1870 à environ 600 000 habitants en 1940.

Par voie de conséquence, la zone portuaire déborde de son périmètre historique : le Vieux-Port et s'étend à partir de 1844 aux rivages Nord : les actuels bassins de la Joliette sont ouverts en 1853, ceux du Lazaret et d'Arenc en 1856.

Marseille célébre cette richesse à travers les expositions coloniales de 1906 et 1922 qui connurent un vif succès.

L'accroissement territorial et démographique de la ville est à l'origine d'un chantier majeur du siècle : l'adduction des eaux de la Durance, décidée dès 1834 par le maire Maximin Consolat ; cette mesure s'impose d'autant plus que sévissent cette année-là une grande sécheresse et une épidémie de choléra.

La construction par 5 000 ouvriers du Canal de Marseille, long de 87 km, demande onze ans de travaux, et l'eau de la Durance arrive le 8 juillet 1847 à Marseille. En 1862, afin de commémorer cet événement, l'architecte Henry Espérandieu (1829-1874) est chargé de réaliser un monument, le Palais Longchamp, qui sera inauguré en août 1869. Ce dernier avait également édifié la basilique de Notre-Dame de la Garde à partir de 1853 (elle fut consacrée en 1864) .

L'autre grand chantier du siècle est, comme partout en France à cette époque, lié à l'arrivée du chemin de fer. Marseille est reliée à Avignon en 1848, à Lyon en 1854. Simultanément, l'accès au centre-ville est facilité par l'édification en 1845 d'une gare sur la butte Saint-Charles. En 1857, la "ligne impériale" Paris-Marseille est terminée.

En 1884 sévit une nouvelle épidémie de choléra.

En 1891 début des travaux à Marseille d’un réseau d’égouts aboutissant au grand collecteur.

En juillet 1901, après un grave accident automobile, le maire Siméon Flaissières fait voter un arrêté municipal limitant la vitesse pour les véhicules automobiles à 10 km/h !
Les premières années du siècle voient plusieurs manifestations témoigner de l'importance et de la vitalité de Marseille :
- en 1903, la ville est l'une des six villes-étapes du premier Tour de France cycliste ;
- d'avril à novembre 1906, sur vingt-cinq hectares jouxtant le rond-point du Prado, l'Exposition Coloniale voit s'élever vingt palais aux pavillons des différentes colonies françaises ; elle symbolise le rôle de "Porte de l'Orient" tenu par la cité ;
- d'avril à novembre 1908, sur les mêmes lieux (baptisés entre-temps Parc Chanot), c'est la Grande Exposition Internationale d'Électricité, que le public marseillais accueille avec enthousiasme ;
- en avril 1913, le Salon International de l'Automobile se tient dans le Grand Palais du Parc des Expositions, faisant pour un temps de Marseille la capitale mondiale de l'automobile !

La modernisation des infrastructures se poursuit : création du canal de Marseille au Rhône, démolition de quartiers insalubres derrière la Bourse, extension du réseau des tramways en direction des banlieues.

La guerre de 1914-1918 va mobiliser, pour plus de quatre années, les forces vives de la ville. L'activité industrielle est intense dans les usines travaillant, de près ou de loin, pour l'armement. Plusieurs camps militaires sont installés dans la ville, ainsi que des hôpitaux, dont l'un deviendra l'Hôpital Saint-Joseph.

Son bilan est, ici comme ailleurs, effroyable : Marseille déplore 15 000 morts, sur une population estimée alors à 570 000 habitants. Monseigneur Fabre, évêque de la ville, décide de leur consacrer une basilique : l'église du Sacré-Coeur, sur l'avenue du Prado.

Marseille port

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

08 juin 2018

L'art de recevoir ses invités autrefois

Sep2

Dame-éventail

En général toute maîtresse de maison prend un jour de la semaine pour "recevoir". C'est une excellente habitude pour les visiteurs aussi bien que pour les visités. Les premiers sont certains de ne pas frapper inutilement à une porte, les seconds garantissent leur liberté pour le reste de la semaine. Il y a même des femmes qui ne restent chez elles que tous les quinze jours. Il en est d'autres qui reçoivent non seulement de trois à six, comme partout, mais dont la porte se rouvre le même jour de neuf heures à minuit. On fait du reste savoir qu'on est chez soi, le soir aussi, aux seules personnes avec lesquelles on est bien aise d'établir des relations intimes.
La maîtresse de maison porte un jolie toilette d'intérieur (dite robe de réception) pour montrer à ses visiteurs qu'elle tient à leur plaire. Mais cette toilette d'une extrême fraîcheur ne doit écraser aucune des femmes qui se présentent. La dame du logis s'assied à un coin de la cheminée. Elle tourne le dos aux fenêtres car il lui faut mettre en lumière tous les dons et les qualités des autres et s'effacer entièrement. 

Dame-1900

On forme un grand demi-cercle. Les vieilles dames sont assises au plus près du feu. Les personnes jeunes doivent s'arranger pour ne jamais rester assises au-dessus des vieillards, c'est-à-dire plus près de la cheminée.
Le visiteur s'avance vers la maîtresse de maison qui reste
assise, si c'est un homme, ou se lève et fait deux pas en avant si c'est une dame. Une maîtresse de maison ne se lève que pour une femme à moins qu'elle ne reçoive un homme illustre par le caractère ou le génie. On doit des égards à l'âge, à la vertu, à une haute intelligence, même quand on les rencontre chez le sexe fort. Quelle maîtresse de maison fût restée assise à l'entrée de Victor Hugo ?

Dame

Dans quelques maisons exquises, le mari ou le fils est toujours là, au jour de la réception, pour reconduire les dames, ouvrir devant elles toutes les portes du logis, et les mettre en voiture car toutes les maisons ne sont pas pourvues de laquais qui écartent les portes devant celui qui sort, avertis qu'ils sont par la sonnette électrique sur laquelle le pied de leur maîtresse a pesé (qu'en termes galants ces choses-là sont dites) !
Une jeune femme fait aussi bien de ne pas recevoir les amis de son mari en l'absence de celui-ci. Si elle a ouvert elle-même la porte au visiteur, elle le fera entrer mais laissera la porte du salon grande ouverte et sera très réservée dans la conversation afin que l'ami comprenne qu'il ne doit pas prolonger sa visite.

Source : Savoir vivre d'hier et d'aujourd'hui - Baronne Staffe - Flammarion

 Sep2

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

02 juin 2018

La légende de la sirène de Salernes

Sirène

Sur la légende de la sirène de Salernes, nul chercheur n'a encore livré le fruit de ses travaux. De ce que fut l'histoire vraie de cette sirène, on ne connaît pas grand chose. En revanche, on sait qu'aucune légende ne peut prendre corps si elle n'est pas issue d'un fait réel ou d'une idée partagée par le plus grand nombre à une époque donnée. De quoi est née "l'affaire Ermentrude" ? (ainsi s'appelait la sirène). Qu'enseigne-t-elle à travers la légende venue du fond des siècles ? C'est encore un mystère à décypter. Pourtant, un historien nous met sur la voie. Et que n'est pas n'importe qui ! Rien moins qu'Hérodote en personne. Il rapporte que le peuple des Scythes se donnait pour mère originelle non pas Eve mais une femme... qui se terminait en queue de poisson.
Une sirène.
Or les Romains avaient sédantarisé sur le futur territoire de Salernes une tribu de ces nomades venus des confins de l'Europe nord-orientale et de l'Asie.
Quelques siècles plus tard, l'épouse du chef de cette colonie "salernoise" donna effectivement le jour à une petite fille adorable qui, toutefois finissait en queue de poisson, comme la mère lointaine de tous les Scythes. Diable ! Comment délivrer de cet héritage encombrant la malheureuse petite Ermentrude ? Fort heureusement se trouvait dans la parentèle une bonne fée capable, au moins, de limiter les dégâts. Après de rudes négociations avec les représentants du surnaturel, elle put obtenir que l'enfant ne soit sirène qu'une fois par semaine, le lundi. Durant les six autres jours, elle marcha bientôt sur deux jambes. Le secret ne sortit jamais de la famille et Ermentrude ne sortit plus jamais le lundi.
Ainsi, les populations d'alentour purent s'émerveiller de la voir sans cesse grandir en beauté, en grâce, en sagesse. A seize ans, elle était éclatante. Ce qui devait arriver arriva. Des foules de prétendants, tous plus nobles les uns que les autres, se présentèrent. Parmi eux, le jeune comte Arnulphe de Sallis-Terre, tomba follement amoureux d'Ermentrude. Et réciproquement. 
Tout de suite, on parla mariage. Hélas, pour que cette union soit heureuse sept jours sur sept, il y avait un os, ou plutôt, une arête. La jeune belle préféra cacher à son futur époux que sa conformation du lundi lui interdisait une fois par semaine de satisfaire au devoir conjugal. Elle affecta donc un caprice de jolie femme pour imposer des conditions draconiennes. Si Arnulphe voulait vraiment l'épouser, il fallait qu'il lui fasse construire un vaste bassin couvert et hermétique à l'intérieur du château comtal, où elle pourrait se retirer seule, toute seule, une fois par semaine, disons, le lundi. 

Il fallait égalemement qu'il lui jure de ne jamais pénétrer dans le bassin, ni même oser y jeter un regard. Et Arnulphe jura. Le bassin fut construit en utilisant, détail important, la bouche ouverte d'un aven. Le mariage, fut célébré en grande pompe, et ce fut dès lors une lune de miel perpétuelle... sauf le lundi, jour de la lune et de la métamorphose.
Mais comment se priver de sa belle, ne serait-ce qu'un jour, quand on est amoureux fou ? Arnulphe n'en pouvait plus. Rompant son serment, il pénétra dans le bassin interdit et resta médusé en découvrant, s'ébattant dans l'eau claire, sa légitime épouse muée en monstre, certes grâcieux, mais monstre néanmoins. Tout s'écroula d'un coup. Et ce n'est pas façon de parler : le bassin s'effrondra, précipitant la malheureuse Ermentrude au fond de l'aven avec l'eau du bain. Désespéré, le jeune comte plongea dans le gouffre et disparut à son tour, emporté par la rivière souterraine.
A cette fin tragique, la légende a donné une suite. Des siècles durant, le fantôme volant d'une sirène gémissante hanta le château abandonné de Sallis-Terre sans descendance. Elle serrait dans ses bras le fantôme de son comte. A la longue, le château en ruines s'écroula et disparut lui aussi dans l'aven, toutes traces effacées par le temps. Si bien qu'on n'a jamais pu en retrouver le moindre fragment en fouillant les environs de Salernes. 
"Cherchez et vous trouverez" est-il dit dans les textes sacrés. Place, donc aux chercheurs ! Il serait certes intéressant de retrouver d'abord un petit reste du château ou pour le moins la bouche de l'aven. Mais une éventualité n'est pas à exclure : les décombres de l'imposante bâtisse peuvent bien avoir comblé ou obturé l'aven. Ainsi se seraient-ils effacés l'un par l'autre, disparaissant ensemble, comme Ermentrude et Arnulphe...

Source : D'après Histoire et petites histoires du Var - Jean Rambaud - Editions Campanile - 1996.

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,


27 mai 2018

Le pays de Forcalquier et la montagne de Lure

 

Pays-de-Forcalquier

Passionnément contée par Jean Giono, "c'est un pays où l'olivier vient rencontrer le hêtre, où chênes verts et chênes rouvres confrontent leurs ramures, où l'air de la Méditerranée épouse la lumière des Alpes", lorsqu'il évoque "les vraies richesses", la montagne de Lure est célébrée à travers toute l'oeuvre du poète. Une Provence faite d'authenticité et de pureté où les habitants vivent en harmonie avec le monde qui les entoure. C'est dans la Contadour, au milieu des bergeries de pierres sèches que Giono et ses amis rêvaient d'un monde meilleur. Ce pays de Forcalquier est en plein coeur de la Haute-Provence. Berceaux de la transhumance, les villages des pierres sèches qui jalonnent les vastes étendues des alpages sont les représentants d'une terre profondément attachée à ses traditions. En remontant en direction du plateau d'Albion, on rejoint la montagne de Lure. Un massif aux versants contrastés qui offre une multitude de paysages. Dès l'arrivée des beaux jours, la lavande y répand son parfum et ses touches de couleur. Adossée aux rondeurs maternelles des dernières collines du Luberon, Manosque est un important carrefour. La ville occupe une place prépondérante dans l'économie du département des Alpes-de-Haute-Provence. Elle assume son développement avec la solidité des personnages de Giono, son enfant prodige. Manosque n'oublie pas de lui rendre hommage. Elle a ouvert les portes de sa dernière demeure et créé un centre culturel consacré à son oeuvre. L'ensoleillement, le relief et la qualité de l'air font du ciel de ces Alpes de lumière un domaine d'excellence pour la pratique de tous les sports aériens. Et vous ne manquerez pas de rencontrer, en levant un peu les yeux, des amateurs de planeurs, vol à voile, delta-plane, et autre parapente. Plus insolite, autour de Forcalquier vous rencontrerez des montgolfières qui prennent ici leur envol.

Sommet-montagne-lure

Montagne de Lure, frontière de la Provence -Wikipédia

La montagne de Lure, qui culmine à 1826 mètres au Signal de Lure, joue le rôle de frontière naturelle entre la Provence et les Alpes. Elle s'étend d'Ouest en Est depuis le plateau d'Albion dans le Vaucluse jusqu'à Sisteron dans les Alpes de Haute-Provence. Ses paysages et sa végétation contrastent d'un versant à l'autre. L'adret, exposé au Sud, est traversé pas de nombreux cours d'eau. Un réseau hydraulique formé il y a près de 65 millions d'années et qui a creusé grottes et avens dans ses pérégrinations souterraines pour la plus grande joie des spéléologues d'aujourd'hui. Au contraire, l'ubac au Nord se contente de tremper les pieds dans le Jabron qui, prenant naissance sur les crêtes à l'Ouest, a creusé la vallée parallèle à la montagne jusqu'à la Durance. La végétation est faite d'épineux et de plantes aromatiques.

Lure-vegetation

Montagne de Lure - Wikipédia

Mais lorsqu'on prend de l'altitude, ils laissent progressivement la place aux forêts de pins, de chênes blancs et de hêtres qui, passé la crête, ont colonisé plus facilement le versant Nord. Mais la montagne, dans son ensemble reste très boisée et ses forêts de chênes la couvrent d'un beau manteau roux à l'automne. Sur la partie la plus haute de la montagne de Lure, les arbres disparaissent et une végétation rase, qui n'est pas sans rappeler la lande, peuple les espaces entourant la crête. Un tel environnement offre un asile de rêve à la faune : vipères dans les pierriers, aigles migrateurs Jean-Leblanc, corbeaux, gibiers... L'homme, lui, a longtemps tiré profit de la montagne en exploitant des charbonnières dans les bois et en élevant des moutons dans la vallée. Ces activités ont bien sûr périclité avec l'époque moderne et le tourisme est comme une seconde chance pour cette généreuse montagne qui possède également une station de ski.

 Source : "Bienvenue en Provence" - Les guides au coeur du Sud. Editions 2010.

Lure-ski

Voir ci-dessous le blog de Joëlle "La malle aux trésors" qui parle de la montagne de Lure dans un de ses articles 

Je vous invite à la découverte de la chapelle de Lure et de la Montagne de Lure..... -

Au cœur des Alpes de Haute-Provence, la station de la Montagne de Lure (1650 - 1826 m), à proximité du village de Saint-Étienne-les-Orgues, offre un cadre idéal de détente, dans une ambiance familiale sous un ciel d'azur. Cette montagne, chère non seulement à Giono, mais à tous les habitants de notre région et du Val de Durance est une richesse.

http://labastido.canalblog.com 

21 mai 2018

Les dorures et les ors des Provençales

 

Arlesienne2

Provence-Costume-copie-1

Les dorures sont les bijoux que les jeunes filles recevaient en dot de leur père, avec quelques pièces d'étoffes précieuses et quelques mesures de dentelle. L'histoire du bijou provençal est étroitement liée à celle du costume. La propérité que connut la Provence au XVIIIe siècle, l'intense commerce du port franc de Marseille, qui importait les plus belles étoffes de l'Orient, les toiles peintes, les indiennes, les mousselines des Indes mais aussi celui de la foire de Beaucaire (Gard) où parvenaient les dentelles de Flandres, les bijoux et les pierres de joalliers d'Amsterdam et de Paris, tout cela favorisa l'épanouissement d'un costume régional riche et élégant. Dès le XVIIIe siècle, alors que dans les autres provinces il faudra attendre la période de la Révolution et même parfois jusqu'en 1830 pour que le costume régional se diversifie. L'emploi des indiennes, les belles coiffes "à la cardeline" ou "à la chanoinesse", le simple "pletchoun" enroulé autour de la tête et le très singulier "droulet" sorte de casaquin à longues et fines basques pendant dans le dos, en fond un ravissant costume haut en couleur et si différents qu'il émerveille les voyageurs.

Atelier-de-couture-Arles-Antoine-Raspal

Le peintre Antoine Raspal, qui décrivit si bien la petite société d'Arles de la fin du XVIIIe siècle, montre les jolies artisanes et les ouvrières de l'atelier de couture (tableau ci-dessus) portant fièrement à leur cou une croix de Malte, ou au bras droit un large bracelet, le "coulas" jonc en or de la grosseur d'un plume d'oie qui se terminait par deux boules prises l'une dans l'autre. A l'un de ces anneaux pendait une autre croix de Malte ou une lourde médaille. Ce bracelet fut porté jusqu'à la Restauration. Les "maltaises" ainsi qu'on appelait ces croix ornées de l'insigne des chevaliers de l'ordre de Malte, rappelaient la longue histoire qui liait la Provence à l'ordre depuis sa fondation par un Provençal. Elles étaient en or, décorées de motifs gravés et émaillés de blanc à l'endroit et de noir à l'envers suspendues près du cou à un ruban de velours noir sur la nuque. Les Provençales portèrent aussi de nombreuses autres croix, comme la "croix à la dévote", masse d'argent sur or qui enserrait en serti clos des "roses" de tailles décroissantes vers les extrémités des branches.

  Devote

 Croix dite à la dévote (Photo internet)

Coulas-copie-1

Lou coulas (Photo internet)

Une autre croix était la "maintenon" où six diamants, plus un pour le coulant, étaient pris dans des cônes d'or. La "capucine" elle, était une croix d'or ornée de cinq cônes d'or surmontés de diamants, dont le coulant était en forme de croix de Saint André orné d'un cône supplémentaire  identique aux cinq autres. Enfin, la "Papillon" était une grande croix d'or et d'argent très richement découpée et ornée de pierres. Dès que cessa la mode des coiffes enveloppant le visage, comme la "cardeline" ou la "chanoinesse" à Arles, ou encore la "couqueto" à Marseille, les Provençales s'empressèrent de porter aussi des pendants d'oreilles, "poissardes" et "créoles". Les bagues étaient nombreuses à tous les doigts, ornées de roses, de grenats, de camées de corail ou d'agates. Enfin, au XIXe siècle l'usage vint d'offrir, pour fêter la naissance de chaque nouvel enfant, un long sautoir d'or aux mailles finement travaillées. Sept enfants, c'étaient autant de chaînes d'or, brillant symbole à la fois, du lien d'amour et de la servitude.

Source : Couleurs de Provence - Michel Biehn - Flammarion.

Fichu-croise

 

15 mai 2018

Les confiseurs de Grasse et leurs fleurs sucrées

 

Naturalishistoria

En 73 après J-C, Pline l'Ancien dans son Histoire Naturelle évoque les recettes de conservations de son époque : cuissons des fruits dans du miel, du sirop ou du vin de raisin. Au IVème siècle, Rutilius Palladius, agronome, dans son traité sur l'agriculture De Re Rustica évoque lui aussi des recettes de fruits cuits. Vers l'an mil, par l'intermédiaire des Croisés, le sucre de canne est introduit en Europe, les confitures y connaissent alors un nouvel essor. Au Moyen Age, l'appellation "confitures" désigne toutes les confiseries réalisées à partir d'aliments cuits dans du sucre, du sirop ou du miel : bonbons, fruits confits, etc. La confiture actuelle était appelée electuaire, du latin eleucterium. Originaire de la pharmacopée mésopotamienne, elle était alors utilisée comme traitement thérapeutique. A la fin du XIIIème siècle, le mot "confiture" est cité dans un recueil de chansons pieuses dans lequel on parle de "siros confis de douce confiture". Puis en 1393, le "Ménagier de Paris" mentionne des confitures de coings, mais aussi de pêches, de poires et même de navets, de carottes, de courges, de racines de persil et de fenouil. Différentes recettes trouvent rapidement leur place aussi dans le boutehors, le dernier service des banquets médiévaux. En 1342, le pape Clément VI nomme Auzias Maseta écuyer en confiserie et contribue à faire d'Apt, la capitale du fruit confit. Au XVIème siècle, apparaissent des "livres de confitures" qui sont des mélanges de recettes et de remèdes : ainsi en 1545, la "Méthode pour faire toutes confitures". Michel de Nostredame dit Nostradamus, astrologue, médecin, apothicaire a l'idée de conserver dans du sucre les fruits qui poussent en abondance dans le Vaucluse et dont de grandes quantités se perdent chaque année. En 1555, paraît son "Excellent & moult utile opuscule à touts necessaire, qui desirent auoir cognoissance de plusieurs exquises receptes ... " qui connaît un véritable succès dès sa parution. Ce livre qui comporte trente et un chapitres fera l’objet de neuf rééditions successives. Il aborde les ingrédients (sucre, miel, defrutum et fruits). Il détaille le matériel nécessaire. Il ne se contente pas de donner des recettes, il nous livre aussi un certain nombre de considérations d’ordre économique ou esthétique. Parmi ses recettes, citons : la confiture de rose, le cotignac et les confits d’agrumes, mais aussi le sirop rosat plus goûté alors pour ses qualités laxatives que pour l'arôme des quelques mille cinq cents roses qui servent à sa préparation. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, la confiture agrémente surtout la table des nobles et les variétés sont de plus en plus nombreuses : les découvertes de contrées lointaines et l'installation de comptoirs dans de nombreuses régions du monde permettent l'introduction de fruits exotiques en Europe.

Théâtre-d'Agriculture-et-Mesnage-des-Champs

En 1600, Olivier de Serres, Seigneur du Pradel, pionnier de l’agronomie publie son "Théâtre d'agriculture et mesnage des champs" dans lequel il consacre plusieurs chapitres aux confitures. En 1651, Nicolas de Bonnefons, valet de chambre de Louis XIV publie "Le jardinier François" qui sera suivi en 1662 par "Les délices de la campagne" où l’on trouve de nombreuses pages consacrées aux confitures. "Le confiturier royal", écrit en 1776 par François Massaliot, cuisinier royal de Louis XIV donne des recettes de confitures, mais aussi de vins parfumés, d'eaux odoriférantes et de savonnettes. Contrairement au Vaucluse, la confiserie à Grasse est étroitement liée à la parfumerie qui connaît un essor au XVIIème siècle. Dans la région grassoise, des activités telles que la distillation des huiles, la fabrication d'arômes, de sirops et la confiserie se développent. Grasse et ses environs sont moins riches en arbres fruitiers que le Vaucluse mais la région possède un atour majeur : ses fleurs. Roses, violettes, oeillets, jasmin sont les matières premières de la confiserie.

Pots-de-confiture-de-groseilles

Désormais, les recettes de Nostadamus et François Massaliot sont adaptées aux fleurs, comme par exemple la "pâte de violettes". En 1789, on dénombre à Grasse 51 parfumeurs pour 7 confiseurs. Au XVIIIème siècle, la confiserie est perçue comme une friandise, mais également comme un médicament. C'est surtout un luxe que peu de personnes peuvent s'offrir. Joseph Nègre, un confiseur de Grasse ouvre une usine en 1818 et crée la "confiture de ménage". Faite à base de fruits naturels dont des agrumes, elle a pour objectif de démocratiser ce produit en le mettant à la portée de toutes les ménagères. La confiserie s'invite dans les cours européennes et devient un dessert naturel et raffiné.

Fleurs cristallisées

C'est l'époque où les salons de thé de Cannes proposent aux élégantes des fleurs cristallisés ou poudrées fabriquées en 1850 par Joseph Nègre à base de roses rouges ou jaunes, d'oeillets mouchetés, de violettes de Parme, de lilas roses ou mauves, de fleurs de lavande, etc... Cette activité emploie de nombreuses personnes : cueilleuses de fleurs, ramasseurs de fruits, confiseurs, etc... Cependant, après la Première Guerre mondiale le commerce de la confiserie décline. La confiserie industrielle commence à poindre. Eugène Fuchs, qui fonde en 1926 les parfums Fragonard, rachète la confiserie Nègre en 1949 et la transfère au Pont-du-Loup à Tourrettes-sur-Loup. Son fils Patrick, acquiert la chocolaterie Florian, sur le port de Nice. Quatre-vingts ans après, l'arrière-petit-fils d'Eugène Fuchs, Frédéric est toujours à la tête de Florian avec l'aspiration à faire du bon et du beau dans le respect des règles artisanales.

Cueillette des roses

Cueillette des tubéreuses

Explications : L'électuaire est une forme galénique pâteuse administrée par voie orale. Cette forme est aujourd'hui obsolète. L'électuaire était généralement constitué de poudres ou de pulpe végétale mélangées à du sirop ou, plus souvent, à du miel.

Le boutehors est un terme des pratiques de la table au Moyen Age. Il désigne le tout dernier élément d'un repas, volontiers servi dans une autre pièce. Il était précédé des services de la première assiette, de la deuxième assiette, des entremets, de la dorure, du dessert et de l'issue de table.

Le defrutum était un condiment à base de moût de raisin réduit utilisé par les cuisiniers de la Rome antique. C'était avec le garum l'une des sauces les plus utilisées pour la préparation de tout type de plat.

Le cotignac est une gelée épaissie faite avec des coings pelés et du sucre, cuits ensemble. Après filtrage, la gelée obtenue constitue le cotignac qui se différencie de la gelée ou de la pâte de coing par son caractère ferme et son goût plus sucré tempérant l'acidité et l'arôme naturel du coing. Il existe plusieurs recettes différentes, qui chacune donne au produit final un goût et une consistance différents. Du vin doux peut être ajouté à la recette.

Le saviez-vous ? : Selon la légende, la recette de la "confiture" de lait naquît à cette époque de la distraction d'un chef cuisinier de l'armée Napoléonienne. Les soldats avaient alors pour ration un bol de lait sucré. Lors d'une bataille, le mélange incidemment chauffé trop longtemps se serait transformé en une pâte onctueuse délicieusement caramélisée.

Sources : D'après un article paru dans le supplément du Journal Var matin du 21 avril 2013 - Wikipédia, l'encyclopédie libre - le site : confitures-tetra.blogspot.fr

Confiserie Nègre

Photo de la confiserie Nègre

Moule

Un moule pour les sucettes et les bonbons

Chaudron à confitures

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

09 mai 2018

Les béguines de la Sainte-Baume

Beguines

Sur la montagne de la Sainte-Baume, dans l’est du Saint-Pilon, on voit une hauteur qui s’appelle le Baou dei Béguinos (la barre des Béguines). La légende raconte que ce nom lui a été donné à la suite d’un miracle survenu en cet endroit. Au temps où il y avait des couvents d’hommes et de femmes dans divers endroits de cette montagne, il arriva un jour que deux jeunes béguines, aussi jolies que pures et pieuses, se promenant dans le bois s’égarèrent parce que en disant leur chapelet, elles n’avaient pas fait suffisamment attention au chemin qu’elles faisaient. Or, elles étaient arrivées ainsi jusqu’au sommet de la montagne, lorsqu’elles rencontrèrent deux jeunes chevaliers en quête de bonnes fortunes. Les deux débauchés, frappés de la beauté des béguines, leur dirent des paroles déplacées et bientôt, s’enhardissant, ils voulurent passer des paroles aux actes. Les deux saintes filles, effarouchées, se mirent à courir. Les jeunes gens se piquant au jeu les poursuivirent et il arriva un moment où les pauvres filles se trouvèrent acculées contre le bord du précipice, sans autre alternative que la mort ou le péché. Elles préférèrent la mort. D’un commun accord, elles recommandèrent leur âme à sainte Magdeleine et s’élancèrent dans le vide. Mais la sainte ne les abandonna pas, elles furent soutenues par des anges, firent leur terrible saut de près de trois cents mètres de hauteur sans éprouver le moindre mal. Délivrées ainsi, miraculeusement, des obsessions des deux impies, elles rentrèrent dans leur couvent, en continuant à égrener leur chapelet.

 Sources : Le Grand almanach de la Provence 2010 – Geste éditions.

beguine

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 mai 2018

Les quatre reines de Forcalquier

 

Raymond-Berenger

Statue de Raymond Bérenger V

A la fois souverain de Provence et de Forcalquier, le comte Raymond Bérenger V de Barcelone (fils d'Alphonse II, comte de Provence et de Garsende de Sabran, comtesse de Forcalquier) aimait mieux Forcalquier que son palais d'Aix (Aix-en-Provence). Mieux encore, son château de Saint-Maime, près des villages de Dauphin et de Mane (Alpes-de-Haute-Provence), où naquirent et grandirent les quatre filles qu'il avait eu de sa femme, Béatrice de Savoie. Lorsqu'il mourut, le 12 août 1245, deux d'entre elles étaient déjà reines, et les deux autres le furent par la suite, grâce au génie diplomatique de son sénéchal, Romée de Villeneuve, (de la famille des seigneurs de Trans dont je vous ai déjà parlé) qui donna ainsi quatre reines à Forcalquier.

Marguerite-de-Provence

Marguerite de Provence

Née en 1221, l'aînée, Marguerite, épousa en 1234, à douze ans, le roi de France Louis IX (que nous connaissons mieux sous le nom de Saint-Louis). Sa beauté charma les troubadours catalans d'Avignon et le troubadour Rambaud d'Orange avant qu'elle suive pendant six ans son époux à la septième croisade en 1248 (je précise de Louis IX est mort au cours de la huitième croisade le 25 août 1270 sous les remparts de Tunis). Sa femme, Marguerite de Provence lui survivra encore vingt-cinq ans et mourra en Anjou en 1295.

Eleanore-de-Provence

Eléonore de Provence

La deuxième fille, Eléonore, devint à quatorze ans, en 1235, la femme d'Henri III, roi d'Angleterre. Savante, musicienne, poète, elle créa à la cour d'Angleterre un foyer provençal. Après la mort d'Henri III en 1272, elle se retira dans un monastère et mourut en 1276.
La troisième, Sancie, épousa en 1242, à Westminster, Richard, comte de Cornouailles et du Poitou, frère d'Henri III, proclamé roi des Romains et empereur d'Allemagne en 1257 à Aix-la-Chapelle. Douce et lettrée, elle était ouvertement trompée par son mari, elle enviait sa dernière soeur, Béatrix demeurée en Provence, qui pouvait encore se promener, entre le château de Saint Maime et la ferme des Encontres, sur le chemin campagnard qu'on appelle encore le Chemin des Reines.
Béatrix se maria en 1246 à Charles Ier d'Anjou, frère de Saint Louis, qui devint ainsi comte de Provence puis, roi de Naples et des Deux-Siciles. Elle fut chantée par les troubadours Gaucher, Guilhen de Grasse, Aymeric de Peghuilan.

Source : D'après l'Almanach de la Provence - Collection Pays et Terres de France.

Forcalquier

Quelques explications sur l'Histoire de Forcalquier

Forcalquier a pour devise, "Pus aut que les Aups" "Plus haut que les Alpes" et, pour surnoms, la "Cité des quatre reines" ou encore la "Cité comtale", en souvenir du XIIe siècle ou elle fut capitale du comté de Forcalquier. Au milieu du Moyen Âge, Forcalquier était une possession des comtes de Provence, qui échut au comte Foulques Bertrand, qui s’intitula comte de Forcalquier et fit de Forcalquier sa ville principale. Au XIIe siècle, le comté de Provence, possession indivise entre plusieurs comtes, fut partagée et l'une des trois parties revint à la comtesse Adélaïde, veuve d'un comte d'Urgel, qui prend le titre de comtesse en 1110. Pendant plus d'un siècle, les comtes de Forcalquier font de leur ville la capitale d'un comté qui s'étendait des sources de la Durance aux portes de Cavaillon, et qui dont les villes principales étaient Embrun, Gap, Sisteron, Manosque, Pertuis, Apt et Sault. Le XIIe siècle est l'âge d'or du Pays de Forcalquier, comme en témoignent les nombreux édifices romans de la région. En 1125, Forcalquier devient la capitale du comté qui comprenait les diocèses d'Apt, de Sisteron et une partie de ceux de Gap et d'Embrun.

Le mariage de Gersende de Sabran et d’Alphonse II de Provence allie finalement les maisons comtales de Forcalquier et de Provence, et Forcalquier devient une de leurs résidences. Après la crise économique et démographique du Xllle siècle, Forcalquier souffre des passages de Charles de Duras et de Raymond de Turenne.

Le siècle suivant est marqué par les grandes épidémies de peste. Faute d'héritier au dernier comte de Provence, le roi René, le comté est réuni à la France, mais le titre de comte de Forcalquier est porté par les comtes de Provence et ensuite les rois de France jusqu'à Louis XVIII. Le rattachement a lieu en 1481 : Louis XI hérite du comté, mais doit assiéger Forcalquier, qui résiste trois semaines avant de tomber le 21 juillet, puis est mise à sac.

Source : Wikipédia, l'encyclopédie libre

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 avril 2018

Noël Blache, un personnage méconnu de l'histoire varoise

 

noel-blache

Noël Blache (1842-1920) a joué un rôle important dans l'histoire du Var sous la IIIe République, mais il reste cependant mal connu. Son nom est lié à la place qui porte son nom à Toulon, porte d'entrée du centre ville. Il fut l’un des chefs de file du parti radical de Toulon à la fin de l'Empire et l'un de ceux qui y ont proclamé la République en septembre 1870. Il en fut le président de la délégation municipale. C’est pourquoi le conseil municipal de Toulon tint à l’honorer, peu de temps après sa mort, le 7 mars 1920, en lui assignant l'un des lieux les plus significatifs de la ville. Mais il honorait en même temps celui qui, pendant longtemps, avait représenté la ville au Conseil général du Var qu’il avait présidé de 1883 à 1889.

Il était issu d'une vieille famille toulonnaise. Les Blache faisaient partie de ce milieu de bourgeois marqués par le bouillonnement utopiste de la première moitié du siècle. Ils appartenaient à une élite intellectuelle passionnée par les idées nouvelles et qui entendait participer à l'éducation du peuple pour en faire l'un des acteurs de la vie de la cité. Noël Blache avait hérité des brochures saint-simoniennes et fourriéristes de ses parents. Le socialisme romantique, le souvenir de l'insurrection varoise de 1851, Blache, comme le mouvement républicain varois, va en être marqué tout au long de son parcours. Son oeuvre littéraire en porte divers témoignages et sa vie politique se déroulera sous ce double patronage. Il fut le premier "vrai" historien de l'insurrection varoise. Son ouvrage ressort de ce que l'on appellerait aujourd'hui le devoir de mémoire, en même temps qu'il relève du combat politique. Blache a choisi son histoire, en même temps qu'il en a hérité, alors qu'il participe au combat politique aux côtés de certains des rescapés de l'aventure.

 Insurrection

Mais ni l'épisode de 1870, ni le récit de 1851 ou les références qu'il y fait ne résument le personnage. Propriétaire de domaines, il est féru de modernité, s'intéressant à l'agronomie, aux techniques agricoles, à l'amélioration et aux transformations du monde agricole, alors que le phylloxera fait rage et détruit tout le vignoble méridional. Président de la Société d'agriculture, d'horticulture et d'acclimatation du Var, Blache croit aux vertus de l'organisation et pousse à la création de syndicats agricoles. Il participe aux grands mouvements viticoles de 1905 et 1907. Maire de Besse (sur Issole), il fait partie des maires qui, par solidarité, adressent la démission de leur conseil municipal au préfet. Il voudrait créer une coopérative à Besse et s'y attache dès qu'il est réélu à la fin de 1906. Il adhère également au mouvement félibre en 1883. Il reçoit même en 1885 Frédéric Mistral chez lui. Blache peut être considéré comme un félibre "rouge", d'autant que son engagement se combine avec un fédéralisme qui vient sans doute droit du socialisme utopique qui l'a marqué. Affirmation identitaire, l’usage du provençal est aussi un exutoire, il permet de dire, au moins en parole, plus rudement les choses que l’on ressent, surtout quand il s'agit de ressentiments.

Avec ses contradictions, l'homme a des convictions et des principes. Il correspond certainement à une façon de faire, de penser, d'exprimer la politique, une façon que le réalisme cynique ou l'idéologisme peuvent trouver dépassée ou archaïque. Après avoir été radical puis "opportuniste", Blache se dit "socialiste indépendant". Soucieux d’une action concrète, guidée par la raison, la science et une doctrine, Blache exprime sa pensée dans un ouvrage intitulé Le socialisme, méthode et chimère en 1907. Blache est l’homme d’une tradition qui, avec ses faiblesses et ses qualités, a marqué plus d’un siècle notre région.

Source : D'après "1851 une insurrection pour la République" - Noël Blache, une figure de la tradition républicaine varoise - de l'historien Jean-Marie Guillon.  

 logo_1851

21 avril 2018

Le commerce des draps à Brignoles au début du XIVe siècle

 

Brignoles

La cité de Brignoles, au début du XIVe siècle, était traversée par une grande voie commerciale qui reliait Avignon à Nice en passant par Aix, Saint-Maximin pour se poursuivre ensuite par Draguignan et Grasse.
A cette époque, elle était ceinte de hauts remparts. Au point le plus haut, s'élevaient le château et une tour qui dominaient l'agglomération. Depuis le milieu du XIIIe siècle, les comtes de Provence habitaient le château. Des tableaux de fouage ou affouagement (voir l'explication à la suite du texte) du début du XIVe siècle recensent 802 puis 948 feux, soit environ 4000 habitants.
Les dernières années du XIIIe siècle voient apparaître un mouvement de marasme et de stagnation économique dans l'Europe entière. Ces évènements s'accélèrent à partir de 1348 à cause, en particulier, de la peste noire qui apparaît à Marseille à cette date, de la guerre et des ravages causés par les bandes armées de Raymond de Turenne (Raymond-Louis Roger, vicomte de Turenne, dit Raymond de Turenne 1352-1413). Par contre, il faut préciser que la présence des papes qui avaient établi leur résidence en Avignon était un facteur positif pour le commerce.
A Brignoles, l'industrie locale était celle des tanneries, des fabriques de draps ainsi que celle des paroirs à draps appelés également moulins à foulon. Les laines après avoir été tissées étaient travaillées dans ces parroirs (voir l'explication sur le foulonnage à la suite du texte).

Drapier-marchand

Dans les transactions commmerciales, le commerce des draps représentait jusqu'à 75% des ventes. Les céréales 19%, le bétail 5% et le vin 1% seulement. Les marchands de draps étaient qualifiés de marchands drapiers. La monnaie en circulation à l'époque était le florin d'or qui était émise à Florence depuis 1252. Le commerce du drap était très florissant au Moyen Age et Brignoles en était une place de moyennne importance. Les draps pouvaient avoir pour origine le Languedoc, la France (Nota de Nadine : il ne faut pas oublier que la Provence était à l'époque un comté et qu'elle ne sera rattachée à la France qu'en 1481) et aussi les Pays-Bas. Les draps de Bruges et de Gand avaient une grande renommée sur le marché de Brignoles. Ceux qui venaient de France : de Normandie, de la région parisienne et de la Champagne étaient aussi de très bonne qualité et se vendaient aussi chers que ceux des Flandres. Les draps du Languedoc offraient l'intérêt d'une fabrication soignée pour un prix modéré. En Haute-Provence, l'élevage fournissait de la laine pour une grande variété de tissus et notamment des étoffes grossières vendues à des prix plus modestes.
Les riches bourgeois et la noblesse de la région recherchaient dans les boutiques les lourdes et belles draperies des Pays-bas ou de Normandie. Les draps plus courants étaient achetés par les artisans et les paysans de Brignoles et des alentours. Un tiers des ventes était le fait des Brignolais et des deux autres tiers étaient vendus aux habitants des cités environnantes, mais également de Saint-Maximin, Hyères, Grasse ou Gréolières. On peut dire que l'influence commerciale prépondérante se situait dans un rayon de 30 km autour de la cité comtale de Brignoles. Son activité économique était comparable à celle de la cité de Grasse, de Forcalquier ou de Riez.
Les marchands représentaient une part importante de la bourgeoisie et occupaient des fonctions municipales au sein de la communauté.
Nous sommes en 1348, la peste noire (voir l'explication sur le peste de 1348 à la suite du texte) qui arrive à Brignoles marque la fin de la prospérité commerciale et le début d'une période de grand désespoir et de grande misère.

Sources : D'après un article paru dans le livre Itinéraires-découvertes - le Var - d'Alain Raynaud. Ecrit lui-même d'après un article d'Odile Masson-Bessière - Le commerce et la société à Brignoles au milieu du XIVe siècle - Paru dans Provence historique Tome XIV - 1964. Texte arrangé et augmenté par moi-même.

 Drapier

Explications supplémentaires :

 Les tableaux de fouage étaient les tableaux d'imposition répartis par feu ou foyer. Un feu peut se traduire par famille ou foyer fiscal. Dénombrer le nombre des feux dans une cité, c'est procéder à son affouagement. Il est généralement admis qu'un feu représente 5 personnes environ. Cependant, pour affiner l'importance de la population, il faut aussi tenir compte du fait que les nobles et les religieux ne sont pas pris en compte dans cet affouage puisqu'ils ne payent pas d'impôts.

Le foulonnage consistait à dégraisser et assouplir les draps de laine dans l'eau. Pour cela, ils étaient placés dans une cuve remplie d'eau et de terre glaise, puis frappés successivement par trois paires de pilons mus par la force hydraulique. Cette opération, en feutrant les fils de laine, apportait aux draps une douceur particulière.

***********
Pour en savoir plus sur Raymond de Turenne :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_de_turenne

La peste noire de 1348 est une pandémie de peste bubonique qui a décimé la population européenne entre 1347 et 1350. Ce n'est ni la première ni la dernière épidémie de ce type, mais c'est la seule à porter ce nom. Par contre, c'est la première épidémie de l'histoire à être bien décrite par les chroniqueurs contemporains.
On estime que la peste noire a provoqué la mort de la moitié de la population européenne en cinq ans, soit environ 25 millions de victimes, et probablement le même nombre en Asie, soit globalement environ 50 millions de personnes. La peste noire eut des conséquences durables sur la civilisation européenne, d'autant qu'après cette première vague, la maladie refit ensuite régulièrement son apparition dans les différents pays touchés (par exemple entre 1353 et 1355 en France, entre 1360 et 1369 en Angleterre, etc...).

Pour en savoir plus  http://fr.wikipedia.org/wiki/Peste_noire

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

15 avril 2018

La moisson en Provence autrefois

 

Champs-de-blé

La fin juin voyait l'arrivée des grands travaux liés à la moisson. Nos campagnes ne connaissent plus ce moment vital où nos ancêtres récoltaient le blé conditionnant l'année à venir.

Jusqu'au XIXème siècle, on moissonnait en Provence, à la faucille (voulame en provençal), outil se composant d'un fer recourbé très tranchant pouvant atteindre 70 centimètres. Le moissonneur s'avançait la tête tournée vers le grain à couper. Il saisissait le chaume, de la main gauche, tenait bien la javelle pour qu'aucun grain ne se perde. En même temps, il engageait sa voulame et, en tirant à lui le tranchant de son outil, il coupait la poignée de tiges. Recommençant ainsi les gestes séculaires décrits par Homère dans l'Iliade "les ouvriers moissonnent la faucille à la main. Des javelles tombent à terre, les unes sur les autres, le long de l'andain*. D'autres sont liées avec des attaches par des botteleurs".
Les Provençaux résistèrent à l'usage de la faux car cet outil cher et s'usant vite convenait mal par ailleurs aux champs empierrés.

Les moissonneurs travaillaient en groupe de quatre, trois coupeurs et une lieuse des gerbes. Ces dernières étaient regroupées en tas plus ou moins importants qu'on laissait sécher dans les champs avant le foulage.

LE FOULAGE

 Les rouleaux de pierre que l'on peut encore voir au bord des anciennes aires de battage ne datent que du XIXème siècle. Jusqu'à cette époque, on foulait, moisson après moisson, de la même façon que dans l'Antiquité.
Pierre

Par beau temps, on déliait les gerbes que l'on répandait sur des aires pavées de grosses pierres et on faisait tourner dessus pendant des heures les bêtes de somme dont on disposait. Le fermier ou sa femme activait cette ronde, tandis que les batteurs remuaient les gerbes, les retournant et poussant sans cesse le blé sous les sabots. Sous ces piétinements la paille se brisait et le grain s'en détachait. Quand on estimait que l'opération avait assez duré on enlevait la paille à la fourche et on remplissait les sacs avec le grain encore mêlé de brins de paille.

 LE VANNAGE
 
On passait tout d'abord au crible le grain ramassé sur l'aire de façon à éliminer les débris d'épis pris avec le grain. Jusqu'à la fin du siècle dernier les femmes effectuaient le vannage au moyen de tamis. Elles s'installaient dans le courant d'air et secouaient le van rempli de blé. La paille soulevée était entraînée par le vent et les grains tombaient sur l'aire où souvent des draps étalés les recueillaient. Le lavage achevait les travaux de la moisson.
 
LE LAVAGE
 
Les grains recueillis passaient au lavage pour éliminer les derniers déchets qui pouvaient rester : ceux plus légers que le grain montaient à la surface de l'eau et étaient entraînés par le déversoir de la fontaine où avait lieu cette opération. On séchait ensuite le grain sur des toiles. Puis, mis en sac, il prenait, à dos de mulet, le chemin du moulin. On conservait une partie de la récolte à la maison pour la fabrication du pain, aliment de base du Méditerranéen.
 
Source : Almanach pittoresque et pratique du Var - 1992.

Nota : *Andain : En agriculture, l'andain est une bande continue de fourrage laissée sur le sol après le passage d'une faucheuse ou d'une andaineuse. Cependant le terme s'applique à différents types de produits étalés sur le champ, par exemple la paille derrière une moissonneuse-batteuse, les résidus de végétation derrière un gyrobroyeur, ou encore les blocs rocheux issus de l'épierrage de la parcelle.

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 avril 2018

Histoire d'une découverte archéologique

 Fox-Amphoux-Temple

 C'est en observant un champ de blé que l'abbé Raymond Boyer (1925-2011) a découvert un sanctuaire romain. Petit homme au franc-parler, à l'énergie rayonnante, l'abbé Boyer, a consacré sa vie à la recherche archéologique. Ce fondateur du Centre Archéologique du Var (1957), se souvient avec la précision du chercheur au CNRS qu'il est également, d'un certain jour de juin : "Un entrepreneur de Carcès avait trouvé beaucoup de monnaies, à proximité de Fox-Amphoux, au carrefour des routes de Quinson, Tavernes et Aups. J'ai engagé une campagne de fouilles (Nota : ces fouilles on été effectuées de 1968 à 1977) et dégagé une partie d'un habitat de l'époque romaine. De l'autre côté du chemin vicinal qui le bordait, il y avait une parcelle triangulaire plantée en blé. Ce jour-là, je suis monté sur un talus. Le blé était mûr. J'ai été surpris de constater qu'il y avait des bandes bien régulières où il avait poussé moins haut". Son sang d'archéologue ne fait qu'un tour : le champ recouvre des murs. Logique, il y a moins de terre, donc moins d'humidité. Or, la moisson est proche, dans trois jours. "Je bondis sur le téléphone du bistrot du coin et je demande à l'ALAT (Aviation légère de l'armée de terre, basée au Cannet-des-Maures) de me faire des photos aériennes verticales, en lumière rasante. J'ai découvert un grand bâtiment de 90 mètres de long sur 45 mètres de large, que j'ai pu fouiller presque en totalité".
Fait exceptionnel et rarissime, ce bâtiment d'usage public abrite un temple. Des éléments monumentaux en calcaire blanc et en marbre, oscillant entre 400 et 600 kilos, des fragments de colonnes cannelée et des pièces statuaires, dont une tête de Minerve plus grande que nature, sont retrouvées dans le sol.
Le temple s'ouvrait sur une esplanade ceinte par un portique de 10 mètres de large, composé de petites colonnes réalisées en quartiers de terre cuite superposés. Une grande pierre découverte sur le chemin devait en marquer l'entrée. 
"Si on examine la topographie, reprend l'abbé Boyer, on s'aperçoit que les limites des communes de Fox-Amphoux et de Montmeyan passent ici. D'après ce que nous savons de la géographie ecclésiastique du Moyen-Age, le diocèse de Fréjus et le diocèse de Riez s'arrêtaient également là. Or, les territoires des diocèses se sont calqués sur ceux des cités antiques. Ce temple était probablement un sanctuaire de frontière, à la limite des cités romaines de Fréjus et de Riez".

Source : D'après "Var terre d'histoire" - Dominique Legenne. Illustrations parues dans la revue d'archéologie Gallia.

Archéologie-texte

03 avril 2018

Les veillées d'autrefois

 

Veillée1

C'est avec nostalgie que nos anciens évoquent les veillées d'autrefois. En réunissant jeunes et vieux d'une même communauté, elles permettaient, au-delà du simple plaisir de se réunir, de tisser et d'entretenir des liens sociaux et surtout générationnels inestimables.

 A la mauvaise saison, alors que les travaux des champs laissent du répit, le soir quand on s'est acquitté des obligations du jour, les veillées échappent à la stricte économie du quotidien ; elles s'ouvrent au temps privilégié du partage : partage des histoires et de la mémoire, partage de l'expérience et du travail, partage du vin et de la nourriture, partage des joies et des peines. Ces heures partagées sont celles de la nuit. Inquiétante et mystérieuse, elle plante à elle seule le décor. La nuit de nos ancêtres n'est pas la même que la nôtre. L'électricité est rare dans les campagnes avant la Seconde Guerre Mondiale, on ne dispose pour s'éclairer que de lampes à pétrole, à huile ou à carbure. Cette clarté indigente creuse la pénombre alentour, visages et voix prennent du relief, le monde se trouble de présences fantastiques et, réuni dans cette oasis de lumière, le groupe se resserre. Parfois, par souci d'économie, on se contente de la seule lueur du feu, car la cheminée est sans conteste l'élément central de la veillée. Seul moyen de chauffage et de cuisson, elle est souvent si grande dans l'habitat rural traditionnel qu'on peut s'installer dedans ! Lorsque la veillée accueille beaucoup de monde, elle se tient dans la grange ou l'étable. Dans pareille athmosphère, les conteurs captivent leur auditoire. La veillée est en effet un moment privilégié pour raconter et écouter. La parole passe de proche en proche. Les plus anciens sont les plus experts. Ces histoires distraient, mais elles instruisent aussi et transmettent les savoirs, la culture et les valeurs de la communauté. Les légendes traditionnelles mettant en scène sorcières, diables et loups-garous, sont autant de leçons de vie pour les enfants. On échange aussi des anecdotes, des nouvelles diverses... Celui qui a voyagé raconte ce qu'il a vu. Les hommes évoquent la chasse, le service militaire ou la guerre. Ces histoires créent un lien entre les générations. Chacun se reconnaît et reconnaît les autres dans ces récits entendus depuis l'enfance.

La veillées rassemble tour à tour autour du travail et du jeu. On casse les noix, on "échaille" le maïs, on trie les haricots, on fend les châtaignes.  En Provence, on prépare les amandes pour le nougat de Noël. Les femmes tricotent ou raccommodent tandis que les hommes entretiennent leurs outils. Mais les veillées sont aussi l'occasion de jeux. les hommes sortent les cartes. On joue aux devinettes, à "cache ma bague ", etc... On chante aussi, on joue de la musique, parfois on danse. Le maître de maison offre de son vin ou de son cidre que chacun se doit d'apprécier alors que les femmes font griller les châtaignes ou font mijoter de la pâte de fruit. On échange alors recettes et savoir-faire.

Veillée-danse

Les grandes fêtes religieuses, la Toussaint, Pâques, la Saint-Jean et surtout Noël donnent lieu à des veillées où certains rites qui varient selon les régions, reviennent invariablement. D'autres veillées sont destinées à initier les jeunes aux grandes étapes de la vie. Ainsi en est-il des veillées de mariage, où on donne des conseils aux futurs mariés, ou des veillées d'armes qui préparent les jeunes garçons appelés sous les drapeaux.

La mort encore est une occasion de veillée où, plus que jamais, les rites et les codes sont importants. Veiller le mort consiste à la fois à l'accompagner et à le quitter. C'est faire de la mort un évènement communautaire et donc éminemment humain.

Source : D'après la Généalogie facile N° 5 - Editions Hachette 2005

Veillée2

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 mars 2018

Fontaines de Provence

 

DSC06474

Fontaine de la place à Tourtour (photo Nadine)

En Provence, elles sont des centaines, voire quelques milliers. Tous les siècles sont représentés. Depuis l'Antiquité, chaque génération a laissé ses fontaines. Comme l'eau est à la fois source de vie, de pureté, de richesse, les fontaines vont prendre de fortes valeurs symboliques. Elles sont considérées comme sacrées. De l'Antiquité, il ne reste malheureusement que peu de fontaines. L'une des plus célèbres est celle du Glanum dite Fontaine triomphante. Elle était adossée à un bassin et décorée par une sculpture en ronde bosse représentant des prisonniers gaulois, genou à terre, et des trophées. Elle symbolisait la victoire de Rome qui en même temps avait apporté l'eau. Le Moyen Âge ne fait pas grand place aux fontaines. Les aqueducs sont délaissés, détruits. Le puits est la principale source d'eau. C'est la Renaissance et son mouvement du baroque qui va favoriser le renouveau des fontaines. A partir du XVIe siècle, la fontaine est un élément essentiel d'ornement du centre des places, le long des "cours", l'intersection des rues. Elles sont également accolées aux murs des églises, des hôtels de ville, des palais. Vont apparaître les décors à l'antique : pyramides, obélisques, vases, urnes, dieux et déesses mais aussi des personnages importants : hommes illustres, mécènes, seigneurs, médecins, savants, sans oublier la réalisation d'animaux liés à l'eau mais fortement symboliques tels que des aigles, des lions, des taureaux et toute une flore aquatique ou non. Certaines de ces fontaines ont un usage précis. Elles peuvent servir pour faire le plein d'eau dans des cruches ou autres récipients. Elles peuvent posséder des vasques pour de petits lavages, des abreuvoirs pour les animaux. De nombreuses fontaines sont construites en Provence sur les chemins de transhumance. Puis la fontaine évolue de façon importante. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, elles sont très belles, oeuvres des plus grands sculpteurs comme Pavillon, Rambot, Chastel, Fossati et autres... L'écoulement de l'eau est discret. Elle sort de la bouche d'une divinité ou de la gueule d'un animal. L'eau est rare et précieuse, il ne faut pas la gaspiller, elle soit servir.

DSC06488

Fontaine datée de 1850 à Tourtour (Photo Nadine)

Après la construction des grands canaux apportant l'eau de la Durance ou du Verdon, dans les années 1850, les fontaines changent complètement. L'eau est devenue abondante, on peut la gaspiller. Les fontaines deviennent de vrais monuments. Elles occupent une place de plus en plus importante, elle offrent des jeux d'eau, des jets d'eau, des cascades. C'est le temps de la célébration de l'eau. Les exemples sont nombreux : à Marseille, c'est l'immense fontaine du palais Longchamp, c'est l'extraordinaire fontaine Cantini de la place Castellane, tout entière de marbre et d'eau ; à Aix-en-Provence, c'est la fontaine de la place de le Rotonde avec ses lions, des figures allégoriques, oeuvres de Truphème et de Ramus ; à Toulon, c'est la grandiose fontaine de la Fédération ou de la Liberté avec ses grandes statues d'André Allar. Chaque grande ville à sa fontaine monumentale. Après la chute du Second Empire, beaucoup de fontaines présentent une allure encore plus politique : elles fêtent l'eau et la toute nouvelle République. Leurs idéaux sont républicains. Certaines sont associées à des monuments aux morts. Dans la seconde partie du XXe siècle, la sculpture a tendance à disparaître. Avec le canal de Provence, l'eau est partout en abondance. On peut s'amuser avec elle, d'autant que les petits moteurs électriques permettent de travailler en circuit fermé. Alors la plupart des fontaines se livrent tout simplement à un décor d'eau, avec des jets d'eau jouant une véritable symphonie. Elles ne délivrent plus de message, elles n'ont même plus de noms, elles ne sont plus que fraîcheur et agrément. On peut vraiment écrire l'histoire de la Provence, de son art, de ses hommes, de son développement scientifique et technique à travers les fontaines. De la plus modeste à la plus grandiose, elles témoignent et leur témoignage est pour nous d'une grande beauté et d'une grande richesse.

Source : Les Monuments de l'eau en Provence - Jean-Marie Homet - Edisud.

Fontaine-monumentale-du-parc-longchamp-esperandieu-jules-cavelier-

Fontaine monumentale du Parc Longchamp à Marseille (Photo internet)

Fontaine_de_la_Rotonde_-_Aix-en-Provence

 Fontaine de la Rotonde à Aix-en-Provence (Photo internet)

Fontaine de la liberté à Toulon

Fontaine de la Fédération ou de la Liberté à Toulon (Photo internet)

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 mars 2018

Les moulins à vent dans le Midi

 

Régusse1d

 A une époque pas si lointaine - le début du XIXe siècle - les moulins étaient aussi familiers dans nos paysages que le clocher des églises ! Il n'y avait guère de colline ou de flanc de coteau qui ne soient surplombés de ces édifices au paisible manège. En 1809, une enquête ordonnnée par Napoléon montre qu'il existe en France près de 60 000 moulins à vent. En moyenne, un pour quatre cents habitants ! Au fil des siècles, ce moulin à vent est en effet devenu indispensable pour un certain nombre d'usages que nous verrons plus loin. Il apparaît au milieu du Moyen Âge, ramené d'Orient par les Croisés qui ont décortiqué et compris son mécanisme de fonctionnement. Ainsi, la première attestation d'un moulin à vent en France date de 1170, citée dans un document de la ville d'Arles. Il n'est pas innocent que ces bâtiments se soient d'abord développés dans le Midi, car ces régions sont fortement ventées. Ce contexte climatique a aussi influencé leur forme, leur architecture. A l'inverse du Nord du pays où sont bâtis les "moulins-pivots", on voit se propager dans le grand Sud, les "moulins-tours". Comment se présentent-ils ? Comme leur nom l'indique, ils sont d'abord constitués d'une tour cylindrique en  pierre. Cette forme et l'épaisseur importante des murs (certains ont un mètre de large à la base) permettent de résister aux bourrasques de vent en haut des crêtes. Elles servent aussi à limiter les vibrations engendrées par la marche continuelle du moulin, qui mettent parfois à mal la maçonnerie (certains corps de moulins sont d'ailleurs cerclés de fer). Cette tour ronde n'a qu'une porte, surmontée en général de deux fenêtres. Celles-ci sont diamétralement opposées et orientées vers les deux vents dominants qui touchent le moulin. Au-dessus de la tour, on trouve le toit en forme de chapeau pointu où sont ancrées les ailes. Il tourne sur lui-même pour s'orienter face au vent et donner le meilleur rendement au moulin.

Régusse2

Traditionnellement, il porte une girouette en fer forgé, composée d'une bannière frappée des initiales du meunier. Les ailes qui sont garnies de toiles, comme des voiles, sont presque toujours au nombre de quatre. Dans le sud de la France, leur longueur dépasse rarement 7 mètres, contrairement à celles du Nord qui peuvent atteindre jusqu'à 12 mètres. A l'intérieur du moulin, grâce à un ingénieux système d'engrenages, de pignons..., les ailes actionnent des meules de pierre qui broient les céréales en farine. Nul n'ignore que celle-ci sert à fabriquer le pain, qui devient au cours des siècles l'élément nourricier majeur des Français. Les meuniers ne vont donc pas chômer dans un pays qui a les yeux rivés sur ses épis. On les appelle joliment les "marins des champs" car ils conduisent leur moulin comme un bateau, toujours à l'aide des vents. Ils ont aussi un rôle social important dans le village. Pour un évènement heureux comme un mariage, ils font tourner le moulin au ralenti avec un beau bouquet de fleurs de saison (roses, lilas, lavande...) accroché à chaque bout d'aile. Ces artisans se paient en nature en prélevant une partie de farine sur la quantité de grains apportée. Un mode de rétribution qui alimente les rumeurs et fait de tout meunier un profiteur. On l'accuse d'avoir toujours des poules bien grasses... Mais son métier vaut bien quelques compensations. Le meunier est sujet à de nombreux problèmes respiratoires, à cause de l'incessante poussière de farine qui circule dans le moulin. Si le mineur a le fond des poumons noirs, ceux du meunier sont désespérément blancs.

Régusse3

Comme pour les moulins à eau, la force gratuite que représente le vent va offrir d'autres usages que la minoterie. En broyant les olives, le moulin rend possible la fabrication de l'huile. En écrasant le tan qui sert au tannage des peaux. Ces turbines d'un autre âge permettent également de fabriquer du papier, scier du bois et des blocs de pierre, tisser et assouplir les pièces issues des filatures, forger le métal, broyer le plâtre... Tous ces édifices ronds et massifs, aux bras articulés, vont néanmoins disparaître progressivement de notre paysage à la fin du XIXe siècle. L'apparition de la minoterie industrielle, l'arrivée des machines à vapeur et des moteurs électriques rendent obsolètes ces bâtis battus à tous les vents. De même, les guerres et les catastrophes naturelles en détruisent beaucoup. Le moulin est très souvent victime de la foudre, perché sur ses collines. Quand au meunier, il est en général soupçonné d'espionnage... car son moulin à vent situé sur une hauteur peut communiquer la position des armées ennemies grâce à la position des ailes et sert aussi d'observatoire.

Source : Le petit Bâti - Sud de la France - Hubert Delobette - Ed. Le papillon rouge - Les photos sont de Nadine et les moulins sont ceux de Régusse (Var).

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

16 mars 2018

Le crime du marquis d'Entrecasteaux

Cours Mirabeau

Le matin de ce lundi de Pentecôte, 31 mai 1784, l'épouse du marquis d'Entrecasteaux, président de la cour du parlement d'Aix, a été retrouvée morte et ensanglantée dans sa chambre. L'hôtel du marquis situé sur le Cours, est déjà gardé par la maréchaussée et la troupe. Le mari parle de suicide, le médecin soupçonne un crime. La marquise a été surprise dans son sommeil et égorgée à plusieurs reprises de plusieurs coups de rasoir. Une bourse vide laissée en évidence et un secrétaire défoncé plaident pour un crime crapuleux, mais une cassette pleine de bijoux et d'autres objets luxueux sont toujours là. La police, méticuleuse, ne relève aucune trace d'effraction ni d'escalade. Le criminel n'a pas pu venir de l'extérieur. Le personnel de la maison est mis aux arrêts et au secret, on l'interroge mais sans résultats. L'enquête révèle alors que le couple n'était pas bien assorti et ne s'entendait plus : marquise laide et peu avenante, marquis joli-coeur, scènes conjugales répétées. Un an plus tôt, pendant la nuit, la marquise avait été prise d'un mal étrange. Un docteur pensa au poison, mais se tut. Quelques jours avant l'assassinat, un verre de vin avait provoqué une violente sensation de brûlure à la marquise, qui avait vomi et s'en était sortie. L'enquête démontra que, quelques temps plus tôt, le marquis avait acheté de la mort-aux-rats ! Dès lors, sa culpabilité paraissait évidente. Une perquisition la confirma : un rasoir manquait dans le nécessaire du président. D'Entrecasteaux n'eut que le temps de s'enfuir le 3 juin pour Nice et de là au Portugal. Sa fuite était un aveu. Là-bas, on l'arrêta, mais, en son absence, le parlement de Provence dut se contenter d'une condamnation à mort par contumace et d'une exécution en éfigie. Cependant, la prison humide de Limoeiro au Portugal eut rapidement raison du marquis qui y mourut le 6 juin 1785. Et si une rue d'Aix en Provence porte de nom d'Entrecasteaux, c'est à son oncle qu'on le doit, un glorieux navigateur parti en 1791 sur les traces de La Pérouse.

Source : L'Almach de la Provence - Pierre Echinard - Ed. Larousse

Voir mon article sur le château d'Entrecasteaux en cliquant ci-dessous :

Le château d'Entrecasteaux - Passion Provence

La découverte d'Entrecasteaux est un rare plaisir. Il faut longer des carrières d'argile rouge qui se transforment peu à peu en un vallon ombragé, descente rythmée par le clapotis de la rivière, pour finalement déboucher sur un village provençal typique, agrémenté de vestiges du XIe siècle.

http://www.passionprovence.org

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

10 mars 2018

Le jas, lou jas

 

Jas

Le jas est une petite bergerie isolée. Le mot provençal vient du latin "jacium" : lieu où l'on se couche. Il désigne le gîte de certains animaux sauvages (comme le lièvre ou le sanglier) ou domestiques (en Provence, surtout des chèvres et moutons). Par extension, il désigne aussi la "litière", le "lit" (y compris d'une rivière) et l'abri rudimentaire du berger gardant ses brebis dans les collines et les montagnes. C'est en ce dernier sens que le mot est employé pour désigner les lieux-dits, en y ajoutant souvent le nom d'un ancien propriétaire (probablement le plus illustre ou le premier !).

Mouton
Le terme jas connote, à l'origine, une habitation temporaire très simple où l'homme dormait près de ses bêtes. D'ailleurs l'expression provençale "acò n'en fau jas", littéralement "ça, j'en fais une litière", signifie "je n'y accorde aucune importance". Les lieux-dits appelés jas sont donc en général assez isolés, sur les flancs des reliefs, dans la campagne.
Un grand jas s'appelle uno jasso, forme féminine, selon une habitude de la langue provençale où un même mot au féminin renvoie à quelque chose de plus important qu'au masculin (comme un sac/uno saco) "un sac, un grand sac".
On trouve donc le mot jasse employé pour désigner un nom de lieu, mais plus rarement, car une jasse étant une véritable bergerie, elle est intégrée à un lieu plus vaste (une bastide, etc).
A l'inverse, un diminutif masculin jassoun se retrouve parfois dans la toponymie (exemple Les Jassons).
 
Source : Petit dictionnaire des Lieux-dits en Provence - Philippe Blanchet.
 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 mars 2018

Les âges de la vie

 

Ages de la vie

De nombreuses coutumes marquent les différentes étapes de la vie, le premier et le dernier jour. Vivaces à l'époque qui nous concerne, certaines perdurent jusqu'à nos jours. A la naissance, la mère était assistée par une femme expérimentée du voisinage "la buono fremo" (la bonne femme) et la superstition voulait que le nouveau né ne sorte pas avant le baptême qui devait avoir lieu dans les trois jours suivant la naissance. Le parrain de l'aîné était le grand-père paternel qui transmettait son prénom à son petit-fils. Quand on choisissait le parrain et la marraine en dehors de la famille, on prenait deux jeunes gens qui "se fréquentaient". Ils devenaient "compaire" (parrain) et "coumaire" (marraine) et finissaient tôt ou tard par se marier. A la sortie de la cérémonie, à laquelle la mère n'assistait jamais n'ayant pas fait ses "relevailles", le parrain jetait sous et dragées 'lei sucrau" aux enfants qui suivaient le cortège en criant : "Buon peirin, douna'n pau d'estrenadoun !" (Bon parrain, donnez-nous quelques étrennes) ou "Peirin couguou ! Meirino machoto !" (Parrain cocu ! Marraine chouette !) si le parrain se faisait trop prier.

L'enfance s'écoulait rythmée par l'école, la communication avec l'étape finale de la conscription pour les garçons, le mariage étant préparé par la confection du trousseau pour les jeunes filles. A Castellane dans les Alpes-de-Haute-Provence, le rite médiéval de "la peloto" (la pelote) a duré jusque vers 1940. Quand une jeune fille épousait un étranger du pays, le jour de la publication des bans, les jeunes garçons tiraient des coups de fusil sous la fenêtre de la fiancée pour l'honorer : "Li faien la peloto" (ils lui faisaient la pelote). Les parents invitaient alors à boire ces jeunes gens. Le fiancé devait leur remettre de l'argent pour qu'ils fassent bombance en l'honneur des "nòvi" (mariés). Mais s'il était trop "rachou" (avare), les jeunes faisaient un charivari sous les fenêtres de la fiancée avec sonnailles et casseroles. Cette scène se répétait lors du mariage. A la Palud, l'expression consacrée était "s'anan faire paga la fiho" (nous allons faire payer la fille). Le charivari était aussi de rigueur lors du remariage d'un veuf ou d'une veuve, ou quand un couple était trop mal assorti. Les jeunes gens faisaient alors force tapage sous les fenêtres des époux le soir et pendant plusieurs jours si nécessaire, jusqu'à ce qu'ils reçoivent suffisamment d'argent.

Castellane

A Castellane, immédiatement après la messe de mariage, la noce montait à Notre-Dame du Roc assister à une autre messe avant le repas de fête. Celui-ci avait généralement lieu dans une grange aménagée à cet effet. La mariée, à certain moment du repas, devait manger dans l'assiette de son époux. 

Les rites de la mort se sont conservés jusqu'à ce jour. On ferme les volets, voile les glaces et arrête les pendules. On place près du corps du défunt, revêtu de ses plus beaux habits, un cierge allumé et un récipient d'eau bénite où trempe un brin de buis des Rameaux pour bénir le mort. Le cierge ne doit pas s'éteindre. Le décès est annoncé par "lei clar" (le glas). Il y a une cinquantaine d'années "la figo" ou "badrouieto" (sacristine) faisait lei assaché, "fahié sapé la mouort" (elle faisait savoir la mort) ; elle annonçait de porte en porte le nom du mort et la date de l'enterrement.

On devait aller "plagne lou doù" (plaindre le deuil), visiter le défunt qui n'était jamais laissé seul : on se relayait pour le veiller en récitant des chapelets.
Au début du siècle, à l'enterrement de 1ère classe, les dames de la Congrégation de la Miséricorde (bourgeoisie de Castellane), tenaient le drap mortuaire. La famille faisait dire une messe de neuvaine après laquelle on prenait le deuil qui était respecté scrupuleusement.
 
Source : Vie et Traditions à Castellane et dans la Vallée du Moyen Verdon - Bulletin de l'Association Petra Castellana.
LEIBER-LES-AGES-DE-L-HOMME-ADAM
 
La cérémonie des relevailles - Passion Provence

En Provence, la cérémonie des relevailles était plus qu'indispensable ; on considérait qu'elle avait une telle importance que même si l'enfant mourait en couches, la mère dépossédée de son enfant devait respecter le temps d'isolement et ne réintégrer le monde social qu'après avoir été à l'église se faire relever.

http://www.passionprovence.org

Le mariage dans le Var autrefois - Passion Provence

Autrefois, la plupart des mariages se faisaient par l'intermédiaire d'un parent, d'un ami qui remplissait les fonctions de négociateur. Quelquefois, c'étaient les jeunes gens eux-mêmes qui s'étant fréquentés se promettaient amour et fidélité. Ils en prévenaient chacun leurs parents et d'après leurs réponses, le père du jeune homme faisait la première démarche.

http://www.passionprovence.org

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 février 2018

Le puits aérien de Trans en Provence

 

Puits aérien

Le puits aérien (carte postale couleur des années 60)

C'est un édifice unique en Europe, inscrit à l'Inventaire des Monuments historiques. Le puits aérien de Trans en Provence construit en 1931 par l'ingénieur belge Achille Knapen, est une curiosité écologique à visiter. Son idée était de remplir une citerne en récupérant la rosée.

Quand on accède au monument sur les hauteurs du village, on pense à première vue se trouver devant un igloo en pierre, un pigeonnier, voire une ruche géante. En réalité, en est face d'un majestueux condensateur d'eau censé récupérer l'humidité ambiante de l'air pour produire de l'eau et lutter contre les épisodes de sécheresse. Le dôme en pierre apparentes, que l'on découvre de prime abord, n'est que l'enveloppe extérieure du système. Une coque destinée à mettre à l'ombre, à ventiler et refroidir le puits lui-même : une colonne de 12 mètres de haut. Réalisé en 1931, le puits aérien est l'oeuvre de l'ingénieur belge Achille Knapen. C'est lors d'un congrès de l'eau à Alger, en 1928, que l'inventeur, lauréat de la société des Ingénieurs civils de France et chevalier de la Légion d'honneur, évoque pour la première fois son projet de puits aérien. Il souhaite lutter contre les problèmes de pénurie d'eau. Spécialiste des problématiques d'hygrométrie des bâtiments et de l'assainissement des habitations, il a déjà mis au point un procédé d'assèchement des murs utilisant des siphons en terre cuite pour évacuer l'humidité vers l'extérieur. Le système a fait ses preuves. Conscient des pertes immenses que les sécheresses représentent pour les populations des pays chauds, Knapen met sa science à profit pour inverser le procédé et récupérer l'humidité ambiante en concentrant suffisamment de rosée pour la canaliser vers une citerne de récupération. Le gouvernement algérien, séduit par l'idée, offre un terrain pour réaliser un puits expérimental. Mais le projet n'aboutira pas.

Puits aérien et villa Knapen

La villla Knapen et le puits aérien (Carte postale)

C'est dans le Var, à Trans en Provence que l'expérimentation aura finalement lieu. Achille Knapen se retire dans le village varois en 1930. Il y fait construire une villa à 180 mètres d'altitude sur un promontoire. Exposé aux vents de mer et aux vents du soir de la montagne, le lieu semble propice à l'installation du puits aérien imaginé quelques années plus tôt. L'édifice expérimental prend forme sur le terrain attenant à la villa. Certains transians se souviennent encore des cargaisons de pierres, montées en carriole par la côte si raide qui mène à la propriété. Le chantier dure un an et demi avant la mise en service du puits. Selon Knapen, il devait pouvoir fournir 30 à 40 m3 d'eau. Sur quelle théorie repose donc son fonctionnement ? Au coeur du dispositif, le puits lui-même : une colonne creuse évasée vers le haut, en béton et ciment, qui s'élève sur 9 mètres de haut. Au centre de celle-ci, invisible pour le visiteur, se dresse un tube métallique dépassant de 50 centimètres l'édifice pour permettre les échanges d'air, comme une cheminée, et utiliser le refroidissement nocturne de l'air. Des tubes poreux de 3 centimètres parsèment la colonne ainsi que 3 000 ardoises (aujourd'hui pour la plupart cassées), fixées telles des ailettes pour permettre la récupération de gouttelettes sur une surface de plus de 100 m2. Autour du puits, l'enveloppe ovoïde en pierres calcaires, a des murs colossaux de 2.5 mètres d'épaisseur ! Ce sont eux qui fournissent la protection et la ventilation nécessaire. Car la circulation d'air est un de points clés du dispositif. Elle est assurée par une multitude d'ouvertures dans le dôme qui confère à l'édifice son étrangeté. Plus grandes en partie basse, plus petites en hauteur, elles sont des centaines à jalonner le monument. Une porte donne accès à l'intérieur de l'ouvrage pour découvrir son impressionnante conception. Malgré toute l'ingéniosité du système, le puits n'a pas produit les résultats escomptés. Il n'a donné, les meilleures nuits qu'une dizaine de litres d'eau. Achille Knapen tablait sur des variations thermiques allant de - 4° la nuit à 11°C. Il fut loin du compte à Trans où la différence de températures l'été n'est que de quelques degrés. Mais au coeur le l'été, le monument reste un havre de fraîcheur...

Puits aérien de Trans en Provence. Montée de la Cotte. Ouvert en accès libre tous les jours du 9 h à 19h.

Source : Magazine Le Var N°3 Eté 2017 - Conseil départemental du Var.

Si vous passez par Trans, allez voir le puits aérien. Pour en savoir plus, je vous conseille ce lien :   

http://www.histoire-eau-hyeres.fr/612-puits_aerien.html

ainsi qu'un article plus détaillé sur le puits aérien sur mon autre blog :

Le puits aérien - Trans en Provence au fil de la Nartuby

Le puits aérien (carte postale - collection personnelle de Nadine) Avez-vous déjà entendu parler du puits aérien de Trans en Provence ? Le constructeur de cet ouvrage, un ingénieur belge, Monsieur Achille Knapen est venu à Trans vers la fin de sa vie professionnelle.

http://www.transenprovence.info

Puits aérien hauteur

 

Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,