Fouilles St Hermentaire

Nécropole de Draguignan - Lancement d'une vaste opération de fouilles

Une importante campagne de fouilles a commencé le 30 mai 2023 sur le site de Saint-Hermentaire à Draguignan. Ce programme de recherches sera mené sur une durée de 3 ans. L’un des objectifs est de savoir à quoi l’on rattache cette nécropole. Après une première semaine (du 30 mai au 2 juin) réservée au décapage des secteurs de fouille à la pelle mécanique, les trois semaines suivantes sont dévolues à la fouille par des équipes d’étudiants bénévoles. Le projet soutenu par le Département du Var, est piloté par le Service départemental de l’archéologie du Var, en partenariat avec la Dracénie et la ville de Draguignan qui souhaitent promouvoir le site de Saint-Hermentaire dans le cadre d’un vaste projet de mise en valeur des terrains. Cette opération a pour objectif de dégager la partie sud de l’enclos funéraire et ensuite légèrement au-delà, afin de vérifier l’existence d’un espace de circulation qui devrait confirmer l’organisation de la nécropole. Parallèlement, des recherches sont entreprises sur la zone d’habitat sud-est pour mieux phaser les constructions entrevues durant le diagnostic et surtout leur attribuer une fonction par rapport au réseau de voies et au domaine de St-Hermentaire. Une relation sera également recherchée entre l’habitat et l’espace funéraire. 

Cette volonté est portée par Richard Strambio, maire de Draguignan, président de Dracénie Provence Verdon agglomération, conseiller régional Sud Provence Alpes-Côte d’Azur délégué au Patrimoine et à la Mémoire et membre permanent des commissions Patrimoine et Rayonnement culturel et ancien. Il a également été président de la Société d’études archéologiques et scientifiques du Var, comme l’avait été l’Abbé Raymond Boyer qui avait documenté, puis publié ses trouvailles des fouilles précédant la construction de la prison.

Fouilles ancienne prison

Pour mener à bien le projet de fouilles du site, les équipes d’archéologues auront peu ou prou trois années devant eux. "Nous n’allons pas travailler dessus tout le temps, mais au rythme d’une session par an", détaille Sébastien Ziegler, directeur de la branche archéologie du Département. Pour 2023, les experts répartis en trois groupes – deux sur le terrain et un en laboratoire – n’ont qu’un mois pour faire avancer les recherches. "La main de l’homme a pris ensuite le relais pour creuser plus finement la terre et faire apparaître, morceau par morceau, l’enclos funéraire et les fondations des habitations. "Mais derrière les mains, il y a aussi des phases d’études très importantes", rappelle Sébastien Ziegler. "Une grosse partie du travail est réalisée en laboratoire, où nous allons tenter de donner un sens à ces vestiges et comprendre le mode de vie des populations de l’époque. Pour assurer la qualité de l’avancée des recherches, un compte rendu doit être réalisé auprès de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) après chaque fouille.

Fouilles Draguignn

Les recherches archéologiques dans le domaine de Saint-Hermentaire remontent très loin dans le temps, en fait dès la fin du XIXème siècle des thermes et une villa romaine avaient été mis à jour. Mais il faut attendre la construction du centre pénitentiaire en 1981 pour se rendre compte de l’importance des vestiges dans ce secteur. Un total de 18 tombes dont 15 crémations et 3 inhumations ont pu être fouillées dans les tranchées de fondation des bâtiments, dans l’urgence absolue. Mais c’est une opération de diagnostic réalisée en 2021 sur le site de l’ancien centre pénitentiaire de Draguignan démoli en 2018 (7 hectares), menée par le service archéologique du département du Var, qui a permis de vérifier la réelle ampleur des vestiges. Cette opération a permis de découvrir de nouvelles structures au sein, notamment, d’une vaste aire funéraire (au moins 3000 m2) composée de quelques inhumations périphériques, de fosses-bûchers, de fosses de curage d’aires funéraires, de regroupements denses de sépultures à crémation, ainsi qu’un enclos funéraire. A cela s’ajoutent deux nouveaux sites d’habitat du Haut-Empire à 50-60 m de distance en direction du sud, faisant écran entre la nécropole située dans la plaine inondable au nord, et la villa Saint-Hermentaire installée sur une butte à 300 m en direction du sud-est. De nombreuses questions restent dès lors en suspens. Demeure la question des nouvelles zones d’habitat vues en 2021, dont la fonction n’est pas établie (artisanat, commerce, activités agricoles, si oui, lesquelles ?). S’agit-il d’une association de constructions indépendantes ou bien relevant d’une organisation domaniale, à rattacher à la villa de Saint-Hermentaire ? Des recherches sont donc engagées pour contextualiser toutes ces découvertes afin de les mettre en perspective dans le monde rural pour la période romaine. Ces recherches, à la croisée de deux axes de la programmation nationale, ont vocation de saisir un système de peuplement de plaine à l’échelle d’une structure domaniale, en ciblant certaines des problématiques rapidement exposées ci-dessus, la principale problématique étant l’identification de la nécropole et son rattachement à un domaine rural ou un groupement d’habitat qu’il reste à déterminer.

 Fouilles-Draguignan

Le site de l’ancienne prison

Le centre pénitentiaire a été démoli en 2018 et la ville a fait l’acquisition de cette friche de 71 511 m2 en 2019. Le terrain de l’ancienne prison a été classé en zone rouge à la suite des intempéries de 2010 et au regard du Plan de prévention des risques inondations de 2014, le rendant inconstructible. Toutefois, le site reste aménageable dans certaines conditions. Les projets seront étudiés à l’issue de la campagne de fouilles, soit à partir de 2026.

Source : D'après le Dossier de presse -Var-Département Culture-Fouilles sur le site de Saint-Hermentaire- Lancement d'un programme sur 3 ans. 30 mai 2023 www.ville-draguignan.fr