Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Passion Provence
Passion Provence
  • Bienvenue chez moi à Trans en Provence dans le Var. Je vous invite à la découverte de la Provence et du Var en particulier à travers son histoire, son patrimoine, ses traditions, ses coutumes, ses légendes, etc...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
294 abonnés
Archives
20 janvier 2017

Les cigales : 4 ans sous terre... 3 mois au soleil

 

Cigale

 De juin à août, dans le sud de la France, à partir de Valence, on les entend chanter de l'aube au crépuscule, souvent en choeur parfois en solo. Ce sont les cigales qui caractérisent - avec l'olivier - le climat méditerranéen.

Ce sont les mâles qui chantent... pour écarter les ennemis et effrayer ceux qui voudraient faire leur repas des cigales et de leurs femelles : oiseaux, lézards, couleuvres. Ce "tcht, tcht, tcht" strident et monotone est produit par un organe particulier situé à la partie inférieure de l'abdomen. Le violon de la cigale comporte sept pièces : un muscle entre en vibrations et communique le mouvement à un disque corné relié par un cordon triangulaire à une cymbale qui amplifie le mouvement et débouche dans une chambre sonore munie de plusieurs résonateurs ; elle permet à l'insecte de moduler son chant en laissant passer plus ou moins d'air. Le nom de la cigale vient du latin "cicada" qui signifie "membrane qui chante". Pour se défendre, la cigale dispose aussi de sa rapidité de déplacement grâce à ses ailes, d'une cuirasse coriace et de cinq yeux ultra-complexes. En effet, entre les deux yeux nettement visibles de part et d'autre de la tête et comprenant quatorze mille facetes, la cigale dispose de trois yeux supplémentaires au milieu du front. On comprend qu'il soit si difficle de l'approcher. Cette cigale que vous observez sur le tronc d'un pin... est née d'un des quatre cents oeufs pondus voici quatre ans par une femelle qui a enfoncé sa tarière dans l'écorce des arbres ou des branches mortes un jour de juillet. Mais sur ces quatre cents oeufs, dix peut-être donneront naissance à un insecte adulte. En effet, dès la ponte, un moucheron noir greffe ses oeufs sur ceux de la cigale pour nourrir ses larves qui en détruisent une grande partie. Fin octobre, dès la ponte, la nymphe rampe jusqu'à l'ouverture de la galerie, secrète un fil de soie et se laisse suspendre au soleil. Beaucoup seront dévorées par les fourmis, les araignées ou les oiseaux. Celle qui a survécu voit sa membrane se fendre, elle dégage ses pattes et saute dans le vide. Au sol, la nymphe creuse pendant huit jours avec ses pattes antérieures jusqu'à un mètre de profondeur. Elle trouve une radicelle d'arbre et y enfonce son suçoir. Trois ans passent ainsi. Au printemps de la quatrième année, elle remonte patiemment. A ce moment-là, le froid peut la tuer. En juin enfin, elle perce la dernière couche de terre et monte sur un arbre.  

Cigale cuirasse

 Les trous que vous découvrez dans le sol en juin sont des orifices de sortie des cigales. Une fois sur l'arbre, la cuirasse se fend, la trompe sort de son faisceau, les pattes glissent hors de la peau, les ailes se déplacent, grandissent et sèchent en trois quarts d'heures. En vingt quatres heures, la cigale qui était verte devient noire. Et les mâles commencent à émettre ce bruit strident et monotone qui berse nos journées. Juin, juillet, août : la cigale aura vécu trois mois pour une adolescente de quatre ans. Comme si l'homme ne devenait adulte qu'à soixante dix ans... pour mourir à soixante quatorze ! Avec sa trompe, la cigale aspire le suc des arbres et des plantes qu'elle n'affaiblit pas sensiblement. Aucune comparaison avec les criquets d'Afrique du Nord ou les éphypigères (boudragues) qui dévastent nos collines et nos vignobles. Se nourrir, se dorer au soleil, chanter, vivre sans faire du mal à autrui pendant les mois d'été, la cigale de Provence, n'est-elle pas le symbole même du vacancier ?

Cigale 1 

 Source : Revue d'Information Municipale de Trans en Provence n° 9 - 1985.

 

Publicité
Publicité
Commentaires
J
intéressant
Répondre
L
Merci Nadine, elles nous manquent nos cigales... Vivement cet été !<br /> <br /> <br /> <br /> Bonne fin de semaine.
Répondre
M
J'ai aussi fait un article sur les cigales, emblème de notre belle Provence...<br /> <br /> J'attend leur chant avec impatience
Répondre
G
Merci Nadine pour cet article fort intéressant sur nos cigales, si chères aux Provençaux. Quand on pense que des touristes se présentent en mairie et/ou chez les pompiers, dans les OT, afin qu'on fasse taire les bruyantes cigales qui les dérangent ...<br /> <br /> <br /> <br /> voir sur ce blog anecdote pleine d'humour dans le Lubéron :<br /> <br /> http://dominique84.over-blog.com/article-33754326.html<br /> <br /> <br /> <br /> Vie éphémère que celle de notre cigale, victime aussi des pesticides ...<br /> <br /> <br /> <br /> Bonne fin de semaine<br /> <br /> Giselle
Répondre
Publicité