Bonjour ami(es) lectrices et lecteurs de mon blog.

Je reviens un peu vers vous aujourd'hui parce que vous me manquez. Mon poignet se répare petit à petit et dans quelques temps je publierai à nouveau des articles. Je fais paraître celui-ci car on ne peut pas oublier cette terrible date du 2 décembre 1959. Moi, je n'étais pas née mais mes parents m'ont raconté la catastrophe de Malpasset. J'ai trouvé deux films sur le sujet. Le premier est celui d'un reportage de Pierre Desgraupes pour l'émission de télévision "Cinq colonnes à la une". Le deuxième est celui de Jean-Claude Honnorat, retrouvé au fond d'un placard. Je pense que tout est dit et expliqué dans ces films ainsi que dans les quelques lignes ajoutées à l'un et à l'autre.

Barrage-de-Malpasset

Vue de l'aval du barrage et de son appui en rive droite (Photo Wikipédia)

Reportage Pierre Desgraupes. Cinq colonnes à la une. ORTF.

Au début de l'hiver 1959, 15 jours continus de pluies torrentielles vinrent remplir pour la première fois le nouveau barrage de Malpasset, en amont de Fréjus. Lorsque celui-ci céda soudainement, le 2 décembre 1959 à 21h13, près de 50 millions de mètres cubes d'eau déferlèrent, ravageant la plaine jusqu'à la mer, broyant fermes et cultures et détruisant le quartier des Arènes de Fréjus. Le bilan de la catastrophe s'élèvera à 423 morts, 155 immeubles entièrement détruits, mille hectares de terres agricoles ravagés et deux milliards de francs de dégâts. Ce barrage destiné à l'irrigation avait été construit par le Génie Rural, future DDA, sous la maîtrise d'oeuvre d'un Conseil général sans expérience sur ce type d'ouvrage. Si EDF l'avait construit, tout eut été certainement différent. C'est la plus grande catastrophe de ce genre qui ait jamais touché la France. A la suite de ce scandale administratif, un autre barrage de type digue fut construit à St Cassien sur le bassin versant de la Siagne, vers Cannes. Edf en fut chargé et y adjoignit une unité de production hydroélectrique. JCH

58 ans après la plus grande catastrophe civile qu'ait connu la France, des documents nouveaux apparaissent : une bobine de film 16 mm retrouvée au fond d'un placard révèle des visages jusqu'alors inconnus des toutes premières victimes de la catastrophe de Malpasset. Ce 2 décembre 1959 à 21h13 le barrage explose. Dans un fracas monstrueux une vague de 60 mètres de hauteur se rue dans la vallée du Reyran. A deux kilomètres en aval du barrage les premiers touchés seront des dizaines d'ouvriers travaillant aux terrassements de l'autoroute et résidant sur place dans des baraquements de chantier.
Ces ouvriers venus de toute l'Europe et d'Afrique du Nord n'étaient jusqu'à présent que des mots dans les registres. Voici qu'ils apparaissent sur leur chantier, au soleil du mois d'août, trois mois avant leur terrible fin.
Ce film est dédié à ces travailleurs de force, accablés d'un horrible destin un soir d'hiver suivi d'une longue nuit d'anonymat, jusqu'à aujourd'hui. (27 personnes décédées sont toujours à ce jour non identifiées)

Jean Claude Honnorat.

Un grand document : 1964 : Le film de l'Entreprise Razel-Bec sur la construction de l'autoroute A8 Aix-Nice : https://www.youtube.com/watch?v=NzKekR__8eE&t=79s