18 avril 2015

Voyage à travers les noms de lieux : ce que les Grecs nous ont laissé

  Les côtes hospitalières, aux rades naturelles si abritées de la Provence, attirèrent dès la plus haute antiquité, les navigateurs et commerçants de la Méditerranée orientale. Ceux-ci, émissaires d'une civilisation plus évoluée, plus raffinée, apportaient à des peuples encore barbares des denrées nouvelles, des objets artistiques, de belles étoffes, des fruits inconnus. Ils s'installèrent et fondèrent des comptoirs, qui devinrent souvent des villes. Avant d'être colonisatrice, la France, qui était à peine la Gaule, commença... [Lire la suite]
Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 mars 2015

L'origine du nom de la Provence

  Médaille commémorative de la Fondation de Marseille. Gyptis offre la coupe à Protis, l'élu de son coeur. On sait que l’histoire de la Provence commence avec le récit de la fondation de Marseille par les Grecs de Phocée aux environs de l’an 600 avant J.C. A cette époque lointaine, la région qui s’appellera plus tard la Provence n’a pas encore de nom. Les populations qui l’habitent sont des Ligures et c’est ainsi que les Grecs les désignent. A différentes reprises, des Celtes, venus probablement par la Vallée du... [Lire la suite]
Posté par Nadine de Trans à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
09 décembre 2014

L’immigration ligure et le repeuplement de Marseille aux XVe et XVIe siècles

  Vue de la ville avec la chaine barrant la passe d'entrée du Vieux-Port En 1423, les troupes du Roi d’Aragon débarquent à Marseille, et incendient la moitié de la ville, emportant avec eux, suprême humiliation, la chaîne qui défendait jusque là l’entrée du Port. Marseille est alors pratiquement ruinée, voyant sa population passer à environ 5 000 habitants. Pourtant, à l’image du dynamisme dont elle saura faire preuve trois siècles plus tard, lors de conditions aussi difficiles avec la Grande Peste de 1720, la ville organise... [Lire la suite]
03 mars 2013

Dragons et gnomes des légendes

  Dragon à Draguignan Il était une fois, un champ de nénuphars aux fleurs blanches, lumières des eaux du marais. Un peuple vivait en cet endroit : de fiers Ligures. Pêche, culture, chasse, occupaient leurs journées. Mais ils avaient un lourd secret, ils étaient les gardiens du Drac, le monstre à tête humaine, cerbère des enfers. La bête prospérait, se nourrissait au printemps et au début de l'été, d'herbe du diable, le nénuphar maléfique capable de jeter des sortilèges et d'endormir les hommes, de détruire leur virilité.... [Lire la suite]