Tarot de Marseille

S'il est un jeu dont la réputation franchit les frontières, c'est bien le tarot de Marseille. Ses lames divinatoires sont quasiment devenues universelles, et les cartes marseillaises sont attestées depuis le XVIIIe siècle comme étant les plus belles et les plus délicates au monde. Pourtant assez peu de jeux anciens sont parvenus jusqu'à nous : quand les moules n'étaient pas détruits et les jeux interdits, les cartes bon marché des jeux usés ou incomplets étaient recyclés en cartes de visite ! Tout le savoir qui reste donc aujourd'hui nous vient des archives de la maison Camoin. Maître cartier marseillais depuis plus de 240 ans, cette petite entreprise familiale fut la seule à conserver des méthodes de production artisanales au coeur de la révolution machiniste du XIXe siècle. Aujourd'hui, une cinquantaine d'ouvriers fabriquent plus d'un million de jeux par an, et l'entreprise connaît un rayonnement mondial. L'histoire de la maison Camoin commence en 1760, à sa fondation par Nicolas Conver. Rétablissant la traditionnelle initiatique du tarot grâce à ses anciens maîtres, restaurant différents codages de couleur, numérologiques et symboliques, il grave sur du bois de poirier le tarot de Marseille, alors connu dans toute l'Europe, et aujourd'hui considéré comme le plus important des siècles passés. Toutefois, au fil des générations de maîtres cartiers de nombreux symboles originels ont été effacés ou oubliés, à l'image de l'oeuf situé en bas de l'aigle dans "L'Empereur", attendant d'être révélé. D'autre part, l'avènement des techniques industrielles au XIXe siècle imposa un code de couleurs simplifié, réduit aux quatre couleurs primaires. Aujourd'hui, Philippe Camoin, descendant de cette maison historique, travaille en collaboration avec Alexandre Jodorowsky, afin de rétablir le tarot originel de Nicolas Convert. Il a ainsi retrouvé les véritables couleurs ésotériques du tarot de Marseille et restauré un grand nombre de symboles parmi lesquels les deux serpents enlacés au pied de "Tempérance", ou encore les quatre éléments dans l'As de Coupe. En reconstituant ce symbolisme, il a également pu souligner le système philisophique complexe qui sous-tend le jeu. Le tarot étant en effet considéré par les puristes comme une machine métaphysique dont le jeu ne serait que le support ! Un exercice intellectuel bien plus éloboré qu'il n'y paraît...

Source : La Provence en Objets - Christine Ferniot et Gilles Plazy - Editions Aubanel.

Tarot-de-marseille