Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Passion Provence
Passion Provence
  • Bienvenue chez moi à Trans en Provence dans le Var. Je vous invite à la découverte de la Provence et du Var en particulier à travers son histoire, son patrimoine, ses traditions, ses coutumes, ses légendes, etc...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
294 abonnés
Archives
16 février 2019

La légende du Saint Trou au Muy

  

Saint-Trou 1

Entrée nord-ouest du Saint Trou (Photo Wikipédia)

On était dans les siècles de foi où les âmes pures dégoutées du monde, assoiffées de Dieu, se précipitaient dans la solitude et la pénitence, avec plus d'ardeurs que les mondaines n'en mettaient à rechercher le gloire et les plaisirs. Thébaïde favorable aux exercices de la contemplation, une jeune chrétienne s'y réfugia : Marie était son nom, à l'insu de sa famille et y mena pendant quelques temps, une existence angélique. Elle buvait l'eau vive des montagnes et se nourrissait des fruits des bois, des racines d'arbres et d'une sorte de miel sauvage que les abeilles déposaient dans le creux des rochers.

Un jour, un chasseur nommé Robert, aperçoit la sainte recluse. Oubliant lièvre timides, tourterelles roucoulentes et charmants petits oisaux à la gorge pleine de musique, il laisse dormir les flèches de son carquois. Il ne songe qu'à tendre des pièges à la Vertu... Marie, elle, s'enfuit. Elle court, elle vole, c'est l'amour de la Sainte Vertu qui lui donne des ailes.

Saint-Trou 2

Extrémité sud-est de la faille vue de l'intérieur (Photo Wikipédia)

Elle s'enfonce dans un obscur défilé. Robert, impuissant à s'y frayer un passage, voit disparaître la jeune fille. Cette ouverture, c'est le Saint Trou. A quelques temps de là, arrivé à l'endroit où s'élève un chêne gigantesque, Robert fut enveloppé tout à coup d'une grande lumière. Une voix céleste se fit entendre : "Ne touche pas à la vierge, si ce n'est pour ensevelir ici son corps très pur". Il se releva converti, n'ayant plus que des pensées chastes et le désir de retrouver l'aimable créature. Puis, aux gémissements qui se faisaient entendre, il se précipita vers la jeune fille qui agonisait. Obéissant à la Reine du Ciel, il transporta cette chaste dépouille et l'ensevelit sous le chêne, après lui avoir fait une couronne de myrtes, de pervenches et de myosotis. Lui-même bâtit une cabane avec un oratoire à Notre-Dame des Spasmes et se voua à l'existence des cénobites. Quelques jeunes gens l'imitèrent. Ce fut l'origine de la chapelle et du couvent de Notre-Dame de la Roquette.

Source : Guide touristique édité par le Syndicat d'Initiative du Muy - 1990.

Explications : Thébaïde : (du latin Thebais,-idis), en Égypte, région de déserts où se retirèrent nombre d'ascètes chrétiens.

Cénobites : (du latin ecclésiastique cœnobita, de cœnobium, monastère, du grec koinobion). Moines vivant en communauté selon les règles du cénobitisme.

Chapelle Notre-Dame de la Roquette

Chapelle de Notre-Dame de la Roquette sur le rocher de Roquebrune de nos jours complétement ruinée (photo internet)

 

Publicité
Publicité
Commentaires
K
Un grand merci à vous Nadine, j'aime les anciens lieux de culte et les vieilles chapelles. Vous faites un très bon travail dans ce blog! Katharina
Répondre
G
Beaucoup de souvenirs là encore. Des promenades avec mes parents qui me contaient la légende du St Trou.<br /> <br /> Toute la jeunesse de mon frère avec la fête de la Roquette et le passage du Saint-Trou en mai ...<br /> <br /> Merci pour ce beau partage.<br /> <br /> Très belle fin de semaine
Répondre
Publicité