Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Passion Provence
Passion Provence
  • Bienvenue chez moi à Trans en Provence dans le Var. Je vous invite à la découverte de la Provence et du Var en particulier à travers son histoire, son patrimoine, ses traditions, ses coutumes, ses légendes, etc...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
294 abonnés
Archives
11 juin 2020

Le tremblement de terre du 11 juin 1909 en Provence

 

Seisme-Lambesc-1909-Le Petit Journal01

 Le séisme du 11 juin 1909 reste le plus important parmi les catastrophes naturelles ayant eu lieu en France. Ce tremblement de terre sans précédent de magnitude 6.2 sur l’échelle de Richter fut ressenti dans tout le sud de la France, de la frontière espagnole jusqu’en Italie. Mais l'épicentre était dans les Bouches-du-Rhône. Plusieurs secousses préliminaires s'étaient produites les jours précédents la catastrophe, notamment le 26 mai au Puy-Sainte-Réparade et le 28 mai à Saint-Cannat. Peu avant la secousse principale, le 11 juin, dans la journée, on remarqua le comportement anormal d'oiseaux volant bas, avec des cris de frayeur, de chiens hurlant à la mort, et de chevaux piaffant et tapant le sol avec leurs sabots. 

Puis, à 21h19, un grondement sourd suivi de craquements, et enfin deux violentes secousses ébranlent la Provence entière, et plus particulièrement la région de Lambesc : les communes les plus touchées sont, en plus de Lambesc, Rognes, Saint-Cannat, Vernègues et Salon de Provence. Le département des Bouches-du-Rhône est le plus touché. Plusieurs répliques seront répertoriées les semaines suivantes, semant la panique dans la population.

L’origine de ce tremblement de terre se trouve dans le rapprochement de la plaque africaine en direction de la plaque eurasienne vers le nord. La conséquence de ce rapprochement est à l’origine de l’érection des Alpes, mais aussi de la faille de la Tréverasse qui est à l’origine de ce séisme.
Le bilan est colossal pour la Provence : 46 morts, 250 blessés graves, 3 000 constructions endommagées ou détruites totalement, coût estimé : 2.2 milliards de francs ! Ce séisme restera en France métropolitaine comme l’évènement sismique le plus important du XXème siècle.

Source : D'après un article paru sur le site "Notre Provence" notreprovence.fr 

 *****************************************


Le samedi 12 juin 1909, tous les journaux du matin, à Paris, annoncèrent que la Provence avait tremblé, que Marseille et Aix étaient terrifiés ; des fuyards, apportant des campagnes environnantes les plus sinistres nouvelles. On disait qu’il y avait des gens tués, peut-être une douzaine. Mais, dans les histoires de tremblements de terre, les événements ne sont pas exagérés comme dans la plupart des autres récits. Le désastre est ordinairement plus grand qu’on ne l’avait cru d’abord. On sut bientôt que le nombre de mort dépassait la quarantaine, qu’il y avait beaucoup de blessés et des pertes matérielles considérables.

Carte du tremblement de terre 11

Dans son édition du 13 juin, Le Petit Parisien explique que le Midi de la France, déjà atteint par tant de désastres, vient d’être frappé par une nouvelle catastrophe. Les troubles sismiques qui, l’an dernier, rappelle-t-il, ont accumulé dans la Sicile et en Calabre tant de ruines et amoncelé tant de cadavres sur les bords du détroit, se sont reproduits cette fois le long de notre littoral méditerranéen et leurs effets destructeurs se sont fait sentir assez avant dans les terres.

Si de grandes villes comme Nîmes, Sète, Toulon, Marseille ou encore Montpellier, bien que fortement secouées, ont opposé au cataclysme la solidité de leurs édifices, le bloc compact de leurs maisons, les agglomérations rurales du nord-ouest de l’arrondissement d’Aix-en-Provence, ont offert une moindre résistance. Sous le frisson terrestre, qui n’a cependant duré que quelques secondes, de nombreuses maisons, trop légèrement construites, se sont effondrées, ensevelissant leurs habitants sous les décombres.

Le journal publie ensuite les télégrammes de ses correspondants particuliers relatés ci-dessous.

Autour d’Aix

Aix-en-Provence, le 12 juin. Après la panique qui s’était produite hier soir en ville, à la suite des secousses terrestres que je vous ai signalées, la population constatant que les dégâts étaient, à Aix, relativement peu importants, se ressaisit et attendit le jour avec assez de calme. Mais ce fut, au matin, une consternation générale quand on apprit que dans la région de nombreuses localités avaient été éprouvées et que l’on avait une véritable catastrophe à enregistrer et de nombreux morts à déplorer. En effet, toute la partie de l’arrondissement qui s’étend vers la Durance a été cruellement frappée par le cataclysme ; la secousse, qui suivait une direction nord-est-sud-ouest, a eu des effets terribles sur la ligne qui va d’Aix à Pujerolles, et elle a surtout atteint le bourg de Saint-Cannat, près d’Aix, qui compte 1 200 habitants, le chef-lieu de canton, Lambesc, qui abrite 2 400 personnes, et Rognes, commune de 1 600 âmes. Dans ces localités le désastre est complet : Saint-Cannat est détruit, Rognes l’est aux trois quarts ; les maisons de Lambesc qui restent debout sont lézardées du haut en bas ; les petits villages, disséminés dans la plaine, sont dans la désolation et l’on compte une soixantaine de morts, plus de deux cent cinquante blessés ; ce chiffre énorme déjà s’accroîtra sans doute, étant donné le nombre des ensevelis qui n’ont pas encore été retirés des décombres.

St-Cannat-Eglise

St-Cannat-Ruines

A Saint-Cannat

Je viens de visiter les bourgs que je citais plus haut : à Saint-Cannat, par où j’ai commencé mon voyage, le spectacle est désolant, ce n’est plus qu’un amas de ruines. Un propriétaire, M. Chieusse, m’explique qu’il a eu juste le temps de fuir avec sa famille. A peine dans la rue il assistait à l’effondrement de sa maison. Avec une quinzaine de voisins il s’est enfui dans la campagne où, auprès d’un grand feu, ils ont passé la nuit dans un campement sommaire. Au jour, quand l’effroi fut passé, les habitants qui avaient réussi à échapper au désastre se mirent, sous la direction du maire, M. Martin, aux travaux de sauvetage. Rien ne restait debout, sauf deux ou trois maisons, sillonnées de lézardes profondes. Toute une rue, la rue Richard, et le quartier de l’Église s’étaient écroulés ; de toutes parts c’étaient de véritables montagnes de décombres. Si la secousse s’était produite à dix heures, alors que tous les habitants auraient été couchés, il y aurait eu des centaines de victimes. Heureusement, dès la première alerte, le maire avait donné l’ordre d’évacuer les maisons. Les sauveteurs virent bientôt arriver trois compagnies du 55e de ligne, venues d’Aix, qui leur prêtèrent main-forte ; à midi on avait retiré des ruines dix cadavres, parmi lesquels celui du correspondant du Petit Marseillais, qui avait été surpris pendant son sommeil et avait été tué pendant qu’il s’enfuyait. Les blessés sont au nombre d’une vingtaine ; une douzaine de personnes sont, croit-on, encore ensevelies ; une femme âgée de quatre-vingt-cinq ans est restée sous les décombres de neuf heures du soir à quatre heures du matin ; on a pu la retirer vivante.

Rognes-2Tremblement de terre 11 

Rognes-1Tremblement de terre 11 

Rognes-Tremblement de terre 11 

Rognes3-Tremblement de terre 11 

Rognes-4Tremblement de terre 11

 A Rognes

A Rognes, les ravages sont tels qu’on se demande comment le nombre des morts n’est pas plus considérable ; le clocher a été renversé, les trois quarts des maisons se sont écroulées, et d’énormes quartiers de roches obstruent les rues ; les soldats arrivés d’Aix ont peine à se reconnaître dans ce chaos ; on les voit à chaque instant transporter des morts et des blessés sur des civières, sur des chaises, comme ils peuvent. Ils ont déjà retiré huit cadavres, mais il y a certainement des victimes ensevelies encore ; j’ai entendu tout à l’heure les cris désespérés d’une jeune fille prise sous les décombres, et vers laquelle les sauveteurs se sont aussitôt précipités. On croit qu’il y a au moins une douzaine de cadavres encore. La population campe sous des tentes qui ont été apportées d’Aix par les troupes. On voit partout des blessés que soignent les médecins militaires et ceux du pays. Trois mille kilos de pain sont arrivés du chef-lieu pour nourrir les sinistrés. 

Lambesc-Bastide en ruine

Lambesc-Maison en ruines

Lambesc-Tremblement de terre-e

Quinze morts à Lambesc

A Lambesc, où je me suis rendu en dernier lieu, la catastrophe, au point de vue matériel, est moins grande, mais le chiffre des victimes est supérieur ; et, encore, n’a-t-on pas exactement pu l’établir. Le phénomène s’est répercuté au loin dans la campagne et de nombreuses fermes isolées se sont effondrées, ensevelissant sans doute quelques-uns de leurs habitants. A l’heure où je vous télégraphie le nombre des victimes s’élève à quinze. Encore faut-il ajouter à ce chiffre un grand nombre de blessés dont quelques-uns ne survivront pas. A l’hôpital où l’on a transporté les victimes, le fronton du monument est tombé, provoquant une vive panique parmi les pensionnaires de cet établissement. L’église et le clocher sont en partie détruits. On ne compte plus les maisons lézardées, et il y en a une cinquantaine qui se sont effondrées complètement. Mais c’est d’ici que l’on peut se rendre vraiment compte de l’étendue de la catastrophe. De toutes parts des nouvelles désolantes affluent ; elles sont incomplètes certainement, car les communications téléphoniques et télégraphiques sont coupées. Mais de tous les villages environnants, des habitants arrivent, affolés pour demander des secours.

Au Puy-Sainte-Réparade on ne compta que trois morts mais les dégâts sont très importants et il y a plusieurs blessés. A Venelles, il en est de même ; l’église s’est effondrée et une vieille femme est morte de frayeur. A Vauvenargues, quantité de maisons sont détruites et l’église s’affaisse.

Vernègues-Tremblement de terre 11

De Vernègues on signale quatre morts ; dans cette localité qui compte deux cents habitants, il ne reste plus une seule maison debout. Au domaine du Caire, près de Lambesc, où se trouve une maison de retraite pour les institutrices, trois ouvriers ont été tués. A Pélissanne, il y a eu quatre victimes ; à Eguilles, l’église est détruite ainsi qu’un certain nombre de maisons. Plus loin, Le Petit Parisien mentionne qu’à Marseille, Avignon, etc., la secousse n’a pas causé de gros dégâts, mais l’émotion de la population a été intense, la panique s’étant répandue dans les campagnes. Heureusement en effet, précise le quotidien, le tremblement de terre, s’il a été ressenti dans tout le Midi, n’a pas eu partout les effets déplorables que nous signale notre correspondant d’Aix. Cependant, dans les villes comme dans les campagnes quelques accidents se sont produits et les habitants ont été pris d’une panique parfois terrible. Voici d’ailleurs les renseignements que nous avons-reçus à ce sujet :

Toulon-Le port 

A Toulon

Toulon, 12 juin. D’après les rapports officiels, les dégâts matériels ne sont pas très importants, tant dans la ville que dans les environs ; ils se réduisent à quelques becs de gaz détériorés et quelques vieilles maisons lézardées. Cependant la secousse a été ici très violente. A l’arsenal elle aurait pu avoir de graves conséquences. Plusieurs navires échoués dans les bassins, notamment le Chasseloup-Laubat, la Gironde, le Saint-Louis et le Charlemagne ont été violemment secoués et ont failli être couchés sur le quai. A Solliès-Pont, à Cuers, on signale des mas tombés en ruines, mais, personne ne les habitait. La secousse, qui fut particulièrement violente sur les points extrêmes de la ville, au nord et au sud, a troublé un grand nombre d’habitants et la frayeur qui s’est emparée d’eux persiste, d’autant plus qu’on fait circuler le bruit de graves prédictions. De même que le tremblement de terre de cette nuit a été prédit, on annonce que le phénomène se renouvellera le 15 juin et dans la nuit du 20 au 21 ou la nuit suivante. Ces bruits rencontrent facilement créance et bien des gens qui avaient fui dans la campagne dès la nuit dernière ne veulent plus quitter leur campement. Contrairement à ce qu’on avait cru, il y a des blessés à Toulon : deux vieillards ont été soignés dans une pharmacie, sans compter des centaines de femmes à qui on a dû. prodiguer des soins dans la rue. Un enfant de quelques années, que ses parents ont gardé avec eux pendant la nuit, couché sur un banc, serait dans un état grave. Enfin, M. Joly, professeur de dessin à l’école de la marine, a été projeté sur le sol pendant son cours, et l’on peut dire sans exagération que la secousse aura eu de graves conséquences par sa répercussion sur l’état de santé d’un grand nombre de personnes qui ont dû s’aliter. On signale aussi nombre d’incidents comiques : ainsi un ouvrier, surpris par la secousse dans un cabinet d’aisances, se mit à courir à travers la ville en retenant à peine sa culotte. La même secousse a été ressentie dans tout le département du Var mais plus particulièrement à La Seyne, Draguignan, Hyères, Saint-Mandrier.

Marseille-Vieux Port

A Marseille

Marseille, 12 juin. Une première enquête, faite ce matin de bonne heure, a permis de constater que le tremblement de terre n’a occasionné aucun dégât sérieux en ville, ni provoqué aucun accident ; seules, quelques cloisons ont été lézardées dans les vieux quartiers de Marseille. A Grasse, les habitants se sont répandus dans les rues et n’ont regagné leurs pénates qu’au jour. Il y a quelques dégâts matériels, mais aucun accident. Le tremblement de terre s’est fait aussi sentir à Saint-Raphaël ; la population effrayée s’est enfuie hors des habitations. On ne signale aucun accident de personne.

Un peu partout

De presque toutes les villes du Midi, rapporte le quotidien, nous avons reçu des télégrammes nous signalant l’émoi que la secousse sismique, même légère, a causé dans la population.

A Montpellier, les habitants ont quitté en hâte leurs demeures et se sont répandus sur les promenades et les places publiques, où la plupart d’entre eux ont passé la nuit en proie aux plus vives appréhensions. A Sète, les oscillations ont été particulièrement fortes quai de Bose, Grande-Rue, et cité Doumet. Dans ces quartiers, les meubles ont été violemment secoués. Une femme assise sur une chaise a été projetée à terre. A Béziers, les oscillations ont été assez fortes pour déplacer certains meubles, mais n’ont causé aucun accident.

A Nîmes, la secousse a été forte dans les étages élevés, où meubles et objets divers ont été renversés ou déplacés. Dans plusieurs cafés, les consommateurs ont ressenti une forte commotion, tandis que verres et. bouteilles roulaient à terre et se brisaient. A Toulouse, certaines personnes ont éprouvé dans leur logis une sensation de tangage et de chute. D’autres, qui se trouvaient sur les balcons de leur demeure, ont cru que ceux-ci oscillaient. A Perpiqnan, l’amplitude des oscillations a été de 30 à 50 centimètres. Les dégâts se bornent à quelques verres brisés.

A Privas, l’oscillation a été très faible, mais dans les environs, notamment à Villeneuve-de-Coux, elle a été sensible et les habitants épouvantés, sont sortis précipitamment de leurs maisons. A Castres, de nombreuses pendules se sont arrêtées. Ce matin, à 9h45, quelques personnes ont cru ressentir une secousse pareille à celle d’hier soir. A Carpentras, les consommateurs ont quitté les cafés et les habitations particulières même ont été provisoirement évacuées et les rues envahies par de nombreuses personnes à moitié vêtues. Cette secousse qui a jeté la panique dans la population a duré dix secondes environ. A Agde, dans plusieurs maisons les meubles ont été renversés. La population alarmée s’est répandue dans les rues où elle est restée une grande partie de la nuit par crainte de nouvelles secousses. Enfin, le tremblement a été également ressenti, mais sans donner lieu à aucun incident, à Digne, Valence, Gap, Grenoble, Alais, Le Puy, Carcassonne, etc...

Source : La France pittoresque (D’après "Le Petit Parisien" du 13 juin 1909 et "La terre qui tremble" (par Stanislas Meunier) paru en 1910).

 J'ai placé un album-photo dans la colonne du blog. Il s'intitule : Séisme du 11 juin 1909.

Vous pouvez y voir toute une série de cartes postales en diaporama. Vous pouvez y accéder dirtectement ou cliquer sur le lien dessous.

Séisme du 11.6.1909

Séisme du 11.6.1909 : Toutes les photos Séisme du 11.6.1909 - Passion Provence : Cartes postales présentant le tremblement de terre meurtrier du 11...

http://www.passionprovence.org
La Provence insolite : Le tremblement de terre de 1909

La Provence insolite : Le tremblement de terre de 1909 en replay sur France Bleu Provence. Retrouvez les émissions en réécoute gratuite et les podcasts !

https://www.francebleu.fr

 

Publicité
Publicité
Commentaires
M
J'ai consacré moi-aussi sur mon blog l'année dernière, plusieurs articles sur ce séisme ravageur qui reste le plus meurtrier de métropole. Nous en trouvons de nombreux vestiges dans ma région et j'ai habité Rognes pendant 18 ans, et les anciens m'en parlaient souvent. C'est marquant car en plus ma grand-mère m'en parlait aussi bien qu'elle habitait enfant dans le Var mais cela avait tellement marqué les esprits que ses propres parents évidemment en parlaient à la maison...c'est ainsi que la mémoire collective se construit et passe de génération en génération.
Répondre
A
Par rapport aux destructions le nombre de morts a été assez faible, bien que dramatique...... Je n'habite vraiment pas loin de tous ces villages et j'aime beaucoup visiter les ruines de Vernègues, j'essaye de m'imaginer la vie dans ce village haut perché en ce début du 20ème siècle...... Peuchère, ils ont tout perdu.....<br /> <br /> Bisous Nadine!
Répondre
Publicité