Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Passion Provence
Passion Provence
  • Bienvenue chez moi à Trans en Provence dans le Var. Je vous invite à la découverte de la Provence et du Var en particulier à travers son histoire, son patrimoine, ses traditions, ses coutumes, ses légendes, etc...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Newsletter
294 abonnés
Archives
9 avril 2013

Le travail du blé

 

Charrette

La culture des céréales suit des jachères biennales (labours entamés au printemps, semailles en automne, récolte de blé sur le même champ un an sur deux). Ce rythme est attesté dès l'Ancien Régime et ne cède la place à un rythme triennal qu'avec la diffusion des engrais chimiques et des tracteurs. Dès le XVIIème siècle, plusieurs baux font état de terres labourables qui "ne portent fruits que deux ans l'un". Le fermier doit aussi surveiller l'introduction des troupeaux dans les quartiers défrichés et cultivés. Le pâturage y est hivernal (sur friches ou terres semées) ou estival (terres moissonnées laissées en chaume, dits restouble) et assure le fumage direct des terres. L'enfouissement des chaumes ou l'ensemencement des champs moissonnés en céréales mélangées (méteil), en légumineuses ou en fourrages aident à amender les terres. Le restoublage et les cultures et pâtures alternées continuent jusqu'au milieu du XXème siècle en plaine et autour des fermes de hauteur. La préparation des champs s'effectue tant manuellement qu'avec des instruments aratoires attelés. Bêche et houe à dents (lichet et eissado) servent pour rompre et retourner les terrains pentus, pierreux, difficiles d'accès. Les terres plus lourdes, les parcelles où l'attelage passe aisément sont travaillées avec l'araire ou avec la charrue. Mentionnés tous deux dès l'Ancien Régime, ces deux instruments ne sont pas facile à distinguer. Le même fermier utilise des charrues (charruio), des socs en métal et des robes d'araire (raubo d'araire) en bois. Dans plusieurs témoignages, écrits ou oraux, les termes s'interchangent. La présence de boeufs et de mulets peuvent suggérer l'existence de l'un ou de l'autre instrument utilisés à tour de rôle en fonction des territoires, des cultures, des sols. Les autres travaux du cycle céréalier se font aussi manuellement : sarclage des mauvaises herbes au printemps, moisson mi-juin-début juillet, battage fin juillet. Moisson et battage sont des moments forts de l'été marqués par l'entraide et par des réjouissances communes : repas d'équipe, bals.

Dépiquage

Contrairement à la Provence rhodanienne, le Var connaît peu les migrations nord-sud liées aux moissons. Le caractère familial de la production réunit la parentèle et les voisins. Des travailleurs émigrés (Piémontais, Espagnols) se louent parfois aussi pour les gros travaux agricoles d'été comme il le font pour les travaux forestiers ou la garde des troupeaux. Une mobilité locale liée aux moissons allant du sud vers le nord et parfois dans les deux sens, est aussi observée : des paysans de La Garde-Freinet, de Taradeau, de Belgentier montent à La Javie et à Seyne (Alpes-de-Haute-Provence), d'autres montent de Fréjus à Comps ou descendent de Montauroux à Fréjus. La faucille (voulame) est l'outil habituel du moissonneur, mais la faux (daï, dayo) est aussi utilisée dès le XIXème siècle. Le faucheur couche les blés et les ouvriers et ouvrières avec leurs faucilles finissent de les ramasser, les lient en javelles et les montent en gerbes (garbo). La faux, maniée par les hommes, est l'outil de travail de la fenaison. celle-ci précède la moisson mais génère des travaux qui durent tout l'été. Retournés journellement à la fourche par les femmes, les foins sèchent lentement. Les bottes sont confectionnées au fur et à mesure du séchage et transportées vers les fermes ou vers le village pour y être stockées. Les gerbes de blé sont transportées sur l'aire à dépiquer une ou deux semaines après la récolte. Le dépiquage (caucage) se fait sous les sabots des bêtes ou sous le poids de la planche ou du rouleau en pierre qu'elles traînent. La récolte égrenée est épurée par pelletage, vannage et passage au crible (draï) ou à la ventarello, appelée aussi tarare ou diable volant. Réglable et actionnée à la main, la ventarello sert aussi pour le battage des légumineuses ou légèrement transformée, pour trier les olives. Le blé est porté au moulin une fois reposé, soit environ deux mois après.

Source : D'après "Var" - Christine Bonneton éditeur.

Cheval

Ventarello

Publicité
Publicité
Commentaires
M
Un joli travail à l'ancienne, c'est très plaisant !<br /> <br /> Bon 1er mai
Répondre
A
A moi , ça évoque les gamins qui étaient si contents et si fiers de revenir au village chargés au sommet de la charrette sur les tas ... de foin (dans l'altitude de ma Haute-provence il n'y avait à l'époque que bien peu de cultures de blé)
Répondre
V
quel charme ça avait, même si ça devait être dur...mais quand on voit comme les agriculteurs sont stressés maintenant, on peu se poser des questions! gros bisous Nadine et merci pour ce bel article. cathy
Répondre
A
C'est sûr que cela change des labours d'aujourd'hui ,moi qui habite maintenant en Beauce,je vois sans cesse passer sous mes fenêtres les grosses machines agricole qui n'ont plus rien à voir .
Répondre
G
Encore une bien belle page et une Madeleine de Proust. J'ai encore en mémoire, ces repas avec les moissonneurs, qui marquèrent mon enfance. Les moissons étaient certes déjà "mécaniques" mais les traditions de l'après-moisson étaient encore très vivaces, comme pour les vendanges d'ailleurs à l'automne. <br /> <br /> C'était une entreprise qui gérait les moissons dans tout le village.<br /> <br /> <br /> <br /> Nous dressions de grandes tables sur la terrasse, de grands moments de convivialité.<br /> <br /> Et mes grands-parents ne manquaient jamais de me conter ce qu'était la moisson autrefois, la crainte des intempéries, ces longues journées de durs labeurs, l'entraide entre les fermiers et paysans voisins et la fin des moissons dignement fêtée autour d'une bonne table .. comme l'illustrent si bien ces photos.<br /> <br /> <br /> <br /> Merci Nadine pour ce beau partage.<br /> <br /> <br /> <br /> Très bonne journée<br /> <br /> Giselle
Répondre
Publicité